Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Contre la sécheresse, la Chine va faire pleuvoir sur commande

    Pour résoudre la sécheresse qui gangrène le pays, des tests seraient en cours au Tiber pour manipuler le climat grâce à la géo-ingénierie.

    À sec. Vous imaginez facilement le niveau de pollution de la Chine au vu des masques portés par les cyclistes et la couleur du ciel sur les photos officielles. Mais vous n’avez pas idée de la sécheresse qui gangrène les campagnes. Pas du genre à faire dans la demi-mesure, la Chine veut sauver ses champs de la désertification et dissiper les smogs étouffants dans ses villes à grands coups de géo-ingénierie.

    Danse shaman. La technologie est connue sous le nom « d’ensemencement des nuages » et consiste donc bien à envoyer des particules dans nos nuages afin de jouer sur la condensation de l’eau qui s’y trouve à l’état de vapeur. Les chercheurs chinois de la CASC (équivalent de la NASA locale) voudraient tirer parti de la saison de la mousson pour « déclencher » la pluie.

    La méthode se fait en deux temps : d’abord installer des chambres de combustion sur des coteaux locaux où brûlerait de l’iodure d’argent. Il faut ensuite suivre la météo au-dessus de l’océan en temps réel, par satellites et drones, pour capter le moment où les vents remontent ces crêtes, enfin d’assurer que les particules bénies portées par les courants iront rejoindre les cumulus pour y faire leur chimie.

    Pluvio-maîtrise. Si l’on en croit le South China Morning Post, « plus de 500 brûleurs ont été déployés à des fins expérimentales sur les falaises tibétaines, à Xinjiang et dans d’autres zones. Les informations collectées sont très prometteuses. » À terme, ce sont 10 000 de ces installations qui seront implantées.

    Résultat escompté : rien de moins que 10 milliards de mètres cubes d’eau par an, sur une zone grande comme trois fois l’Espagne.

    Ce n’est pas naturel, ni très écologique (cette eau qu’on récupère, elle va manquer autre part) mais, n’empêche, on ne peut pas laisser des agriculteurs entre famine et sécheresse. Qu’on se le dise : il n’y a pas que les stations spatiales qui tombent du ciel en Chine…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.