Contre la pollution, doit-on installer des péages en centre-ville ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Contre la pollution, doit-on installer des péages en centre-ville ?
Robin Ecoeur |  07/10/2020 10:20
Contre la pollution, doit-on installer des péages en centre-ville ?

C’est déjà une réalité à Londres, Oslo ou encore Milan, et Barcelone l’envisage sérieusement pour réguler le trafic en centre-ville. La question : les péages urbains peuvent-ils se démocratiser dans toutes les grandes villes d’Europe pour financer la transition écologique ?

Payer pour circuler dans les centres-villes pourrait devenir de plus en plus courant. Un peu partout en Europe, que ce soit à Toulouse, à Bruxelles ou encore Barcelone, les discussions sont ouvertes et les projets à l’étude. Et même si en France, le gouvernement n’avait pas retenu cette idée lors du projet de Loi sur les mobilités en 2018 (les villes et les gilets jaunes étaient contre), les objectifs écologiques, notamment en termes d’émissions de CO2 et de NOx, remettent le débat sur la table.

En France, les experts de la Mission Toulouse territoire d’avenir espèrent qu’une « réflexion sur le déploiement d’un péage urbain à Toulouse soit initiée », avec la date de 2025 en ligne de mire, comme le rapporte Actu.fr. S’ils savent que certains y verront une taxe supplémentaire visant les automobilistes, pour eux « la mise en place d’un péage urbain au sein de l’agglomération aurait le double objectif de réduire le nombre de voitures dans l’espace intérieur au péage et de réduire les émissions de CO2 et de particules fines ». L’argent récolté pourrait améliorer l’offre de transport public, des parkings-relais en périphérie, l’achat de bus électriques ou à hydrogène et mieux développer la micro-mobilité.

La ville rose est loin d’être la seule à envisager un péage urbain. À Barcelone, 60 experts ont récemment rendu un rapport pour la mise en place d’un tel système. Selon eux, la circulation en ville pourrait baisser de 27% et pourrait surtout rapporter 8 milliards d’euros. La ville catalane, qui a déjà instauré des zones à basses émissions de CO2 pour interdire les véhicules les plus polluants du centre-ville, pourrait donc poursuivre sa transition avec un péage. À Bruxelles, l’idée est aussi à l’étude et des tests seront menés dès l’année prochaine. Même son de cloche à Genève, en Suisse, où l’accès au centre-ville pourrait bientôt coûter 3 francs suisses.

Payer toujours plus ? Le péage urbain est-il la solution la plus efficace pour rénover les transports publics et réduire les émissions de CO2 ? La question divise. En France, les vignettes Crit’Air sont privilégiées, tout comme l’interdiction de circulation lors des pics de pollution. Au lieu de construire des péages, les villes comme Marseille ou Grenoble ont instauré des Zones à Faibles Émissions où les voitures les plus polluantes seront bientôt interdites. À quoi bon mettre en place des péages alors que les villes prennent déjà des mesures contre les voitures. À Paris, les diesels seront interdits dès 2024. À Strasbourg, ça sera en 2025. Au total, ce sont 22 villes en France de 100 000 habitants qui ont déjà voté l’interdiction d’accéder au centre-ville pour les diesels.

Il est évident que les péages urbains sont efficaces, puisqu’ils sont radicaux. L’argent pourrait servir à rendre les transports plus propres tout en étoffant l’offre disponible. Mais pour les automobilistes, ces barrières sont vues comme une énième taxation. Les débats ne sont donc pas près de se terminer.

diésels Mobilité urbaine Péage villes

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !