Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Contre les excès de vitesse, il pose un faux radar en bas de chez lui

    Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est tout à fait légal.

    Idée glorieuse. Jusqu’à ce que Philippe Glorieux décide de passer à l’action, rien n’avait marché : panneaux, ralentisseurs… Rien ne semblait pouvoir arrêter les chauffards de la petite commune d’Azur, dans les Landes, où est installée la maison qu’il loue, en bordure d’une route communale. La meilleure défense étant l’attaque, le propriétaire a donc décidé de sortir la boite à outils pour confectionner un faux radar composé d’ampoules grillées avec des miroirs, de façon à refléter la lumière des phares. Et ça marche.

     « Ici les gens arrivent à, 80 km/h. […] Donc j’ai pris les choses en main et j’ai installé ce radar.« 

    Prévenir plutôt que guérir. Dans la zone, la vitesse est supposément limitée à 50 km/h, sauf que, de l’aveu de Philippe Glorieux, « les gens arrivent à, 80 km/h. […] On attend d’avoir un accident pour agir… Donc j’ai pris les choses en main et j’ai installé ce radar. » L’astuce du Landais, pour éviter d’être à son tour verbalisé par les autorités, c’est d’avoir placé son flasheur factice sur un terrain privé. Effectivement, la loi ne peut empêcher un propriétaire d’avoir recours à tel stratagème dès lors que le radar n’est pas situé sur la voie publique. En revanche, la personne sera responsable en cas d’accident provoqué par son invention – on ne peut pas gagner à tous les coups.

    Philippe Glorieux a fabriqué un radar plus vrai que nature, à un détail près... Il ne flashe pas

    Une idée qui suscite la colère des automobilistes. Aussi ingénieuse soit la solution de Philippe Glorieux, elle n’est pas sans risque. Voilà déjà trois ans, son premier radar en carton avait été volé au bout de trois semaines par des amoureux du pied au plancher. Cette fois il a été tagué et a subi des dégâts… Mais il tient encore debout.

    Au cas où vous seriez vous-même en excès d’impatience face aux chauffards, au moins vous savez à quoi vous en tenir. Et si vous n’êtes pas très bricoleur, vous pouvez toujours imprimer ce faux flic qui fait la circulation.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.