Construire des routes plus larges n’aide pas forcément à réduire les embouteillages
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Construire des routes plus larges n’aide pas forcément à réduire les embouteillages
Vincent Pons |  17.07.2019
Construire des routes plus larges n’aide pas forcément à réduire les embouteillages

Une étude rapporte que l’augmentation de la largeur des routes dessert le problème du trafic urbain plutôt qu'elle n'aide à l'améliorer.

La science a réponse à tout. Il est 18 h. Vous êtes bloqué sur la rocade et vous vous dites : « Comment veux-tu que ça avance avec cette route à deux voies ? » Sachez que vous n’êtes pas le ou la seule. Matthew Turner et Gilles Duranton, deux économistes au Bureau américain de recherches économiques ont utilisé le Big Data pour donner une réponse à votre interrogation. En comparant les nouvelles routes construites aux États-Unis entre 1980 et 2000 avec la distance totale parcourue par les voitures sur la même période, ils sont arrivés au douloureux constat qu’agrandir les routes ne sert pas à grand-chose.

Résultat de recherche d'images pour "traffic jam 4 ways"

Après analyse des données, ils affirment que si la capacité des routes augmente de 10%, la distance parcourue par les automobilistes connaîtra une hausse équivalente. Turner et Duranton appellent cela : la loi fondamentale de l’embouteillage. De nouvelles voies créent de nouveaux usagers entrainant une intensité égale du trafic. Les nouveaux usagers ne viennent pas de nulle part. La route fluidifiée attire de plus en plus de conducteurs. Malheureusement, pour couper ce cercle vicieux, il existe une solution selon eux : faire l’inverse et réduire la capacité des routes. 

Un mal nécessaire. Pour prouver leur point de vue, ils prennent l’exemple de Paris. Durant les dernières décennies, les routes de la capitale étaient impraticables mais depuis la réduction des voies, la situation est toujours terrible mais n’a pas empiré (la preuve avec ce papier). Les Franciliens ont dû se diriger vers des solutions alternatives et l’offre de transports en commun a augmenté de 20% entre 1990 et 2010. Désormais, si vous restez bloqué dans le trafic, vous saurez que ce n’est pas de la faute des autres mais bien de la route elle-même. 

Bouchons centre-ville Embouteillages étude Paris

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire