Connaissez-vous Amelia Earhart, la première femme à avoir traversé l'Atlantique ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Connaissez-vous Amelia Earhart, la première femme à avoir traversé l’Atlantique ?
Hilaire Picault |  08/04/2021 10:20
Connaissez-vous Amelia Earhart, la première femme à avoir traversé l'Atlantique ?

Avant de disparaître mystérieusement, la pilote américaine a enchaîné les records de vol. Des passionnés continuent de chercher le dernier avion de cette pionnière féministe dans l’océan Pacifique.

Eagle high chérie. Née au Kansas en juillet 1897, Amelia Earhart a commencé par faire des études dans l’Ontario avant de s’engager auprès de la Croix Rouge pendant la première guerre mondiale ; ce qui la poussera à suivre des études de médecine. Mais sa véritable carrière démarrera en faisant son baptême de l’air en 1920. Ses économies serviront à payer ses leçons de vol puis son propre avion, un biplan jaune canari avec lequel elle atteint l’altitude record de 4300 mètres, ce qu’aucune femme n’avait jamais fait avant elle. Quand on a tutoyé les aigles, impossible de viser plus bas, sa vie sera donc faite d’exploits sans cesse plus inaccessibles.

Les patates du Président. Une fois que Charles Lindbergh eut franchi l’océan Atlantique en 1927, plusieurs femmes tentèrent d’égaler son exploit. En vain. On invita Amelia Earhart à le faire mais… on ne lui laissa que le siège passager, tandis que le manche à balai du Fokker F. VII resta dans les mains de Wilmer Stultz, secondé par le mécanicien Louis Gordon. L’hydravion trimoteur décolla de Terre-Neuve le 17 juin 1928, et vola pendant 20h40 avant de se poser en Angleterre. À l’arrivée, Amelia répondit aux journalistes qui photographiaient cette curiosité – une aviatrice à une époque ou les femmes n’avaient pas le droit de conduire – qu’elle n’était qu’ « un sac de pommes de terre » posé sur une banquette, selon ses termes. Mais Miss Earhart ne comptait pas s’arrêter là.

Après un aller-retour entre New York à Los Angeles en 1928, elle explosera son record d’altitude en grimpant à 15 000 pieds (4572 mètres). Puis, début mai 1932, elle s’élance aux commandes d’un Lockheed Vega 5B rouge comme des ongles vernis, seule cette fois. Parti du Canada, l’avion ne se posera que 15 heures plus tard en Irlande sous les vivats. Pour son exploit et son faux-air de Charles Lindbergh, on la surnomma « Miss Lindy » à son grand agacement, elle qui avait déjà refusé de changer de nom lors de son mariage.

D’un océan à l’autre. En 1935, Amelia Earhart s’attaquera au Pacifique et emmènera son aéronef d’Honolulu (Hawaï) à Oakland (Californie). Presque 3900 kilomètres dans le cockpit. La même année, elle passe 14 heures aux commandes, volant de Mexico à Newark (New York) ; puis prépare le plus long plan de vol possible : un tour du monde en longeant l’équateur, en bimoteur. Son choix se portera sur un Lockheed Electra 10-E qui décolle d’Oakland le 21 mai 1937, cette fois avec le navigateur Fred Noonan. Après 13 jours de voyage, et une vingtaine d’étapes entre l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Inde et l’Asie, ils arrivent le 2 juillet en Papouasie-Nouvelle-Guinée avec pour objectif d’atterrir dans l’atoll d’Howland. En approche, ils contactent les gardes-côtes américains pour annoncer un faible niveau de carburant. Puis ils disparaissent des ondes.

Introuvable. Des dizaines de bateaux et d’avions chercheront en vain le Lockheed mais, ni dans l’eau ni dans les îles environnantes, on ne retrouvera la carlingue. On pensa qu’Amelia et Fred s’étaient écrasés sur les îles Marshall où l’armée japonaise les aurait capturés. Mais après avoir découvert des traces d’un bivouac sur l’île de Nikumaroro, à 600 kilomètres de là, des aviateurs envisageront que l’avion d’Amelia Earhart aurait dévié plein sud avant de se crasher. Sur place, des instruments de navigation, des débris mais surtout des ossements on été retrouvés en 1940 ; ré-examinés avec des technologies récentes, ils viennent d’être attribués à la dépouille d’une femme dont la morphologie correspondrait à Amelia…

La pionnière est aujourd’hui révérée. Un festival d’aviation porte son nom de même qu’un modèle d’avion commercialisé par Lego. Mais plus qu’un mystère, Miss Earhart a laissé un héritage fort. La recherche d’une égalité femmes-hommes, quitte à frôler la mort pour la démontrer.

Aviation feminisme

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !