Le Concorde a 50 ans : histoire d'un succès supersonique
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Le Concorde a 50 ans : histoire d’un succès supersonique
Mehdi Karam |  21.02.2019
Le Concorde a 50 ans : histoire d'un succès supersonique

En 1969, l’avion de ligne supersonique au nez caractéristique effectuait son premier vol. Un demi-siècle plus tard, le Concorde reste une inspiration pour bien des concurrents...

Fierté tricolore. 2 mars 1969. En levant les yeux, le personnel de l’aéroport Toulouse-Blagnac pouvait admirer le futur de l’aviation française. Dans les cieux, le Concorde, en plein baptême de l’air, écrivait les premières lettres de sa légende. Et l’avion d’exception ne s’est pas arrêté en si bon chemin : durant ses 27 ans de service (de 1976 à 2003), il a placé la barre très haut pour sa descendance.

Résultat de recherche d'images pour "concorde"

Paris-New York en 3h30. Appréciez : il transportait ses passagers à 2472 km/h, quand un Airbus A380 pointe à 1087 km/h. Il ralliait Paris et New York en à peine 3h30, contre environ 11 heures en moyenne. Le tout à 16 000 mètres d’altitude, contre 13 000 pour un A380 et à peine 11 000 pour un A320. Autre époque, autres mœurs, c’est du point de vue écolo que le Concorde battait de l’aile : 17 litres de kérosène par passager transporté sur 100 km ; contre seulement 2,9 à 3,1 litres pour un A380.

Résultat de recherche d'images pour "concorde pub"

Résultat de recherche d'images pour "concorde pub"

Un cap ? Une péninsule ? Véritable signature de l’appareil, ce nez de 7,31 mètres de long articulé pouvait s’incliner à des angles différents. La configuration était la suivante : 0° pour donner à l’appareil une meilleure pénétration dans l’air, à 5° lors du décollage et enfin à 12°, son maximum, pour permettre au pilote une vision totale de la piste d’atterrissage tout en diminuant la vitesse de l’avion.

Il n’a pas fallu longtemps avant que ce nez cocasse ne devienne iconique, en concurrence avec le Sphinx et Cléopâtre dans le concours du pif le plus emblématique. On comprend alors pourquoi, lors de la vente aux enchères de 2003 qui proposait les pièces du Concorde, le nez d’abord estimé à 15 000 euros a finalement été adjugé pour 420 000 euros.

Un retour en trombe. Si de nostalgiques fans d’aviation n’hésitent pas à débourser des sommes folles pour s’offrir des souvenirs de l’avion supersonique, d’autres vont plus loin. Les Américains de Boom Supersonic veulent faire redécoller le Concorde, cette fois-ci sous le nom de Boom, un avion supersonique encore plus puissant que le bel oiseau blanc. Pour les grognons toujours nostalgiques, il restera la vidéo du premier vol du Concorde. À regarder sans piquer du nez.

Aviation avion supersonique Concorde

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire