" layout="nodisplay"> En Egypte, les motos deviennent un symbole d'indépendance pour toutes les féministes
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Insolite / En Egypte, les motos deviennent un symbole d’indépendance pour toutes les féministes
En Egypte, les motos deviennent un symbole d’indépendance pour toutes les féministes
Hilaire Picault |  05/04/2022 18:44
En Egypte, les motos deviennent un symbole d'indépendance pour toutes les féministes

La mobilité va de pair avec l'indépendance, et la moto est un symbole de liberté. Alors quoi de plus normal qu'une école de conduite pour motarde qui aide les filles du Caire à s’émanciper ?

Tabou. Dans certains pays, la vision d’une femme en selle dérange. Sans que cela soit forcément interdit (comme c’est encore le cas en Afghanistan et en Indonésie), une fille qui enfourche un deux-roues donne des palpitations à certains messieurs. S’en suivent des insultes ou des remarques désobligeantes… Heureusement, toutes les femmes ne cèdent pas au harcèlement. En Égypte, elles sont de plus en plus nombreuses à préférer le guidon au volant. C’est ce que montre un reportage du média Raseef22, parti à la rencontre de plusieurs d’entre elles.

Coup de kick pour la vraie vie. « Un jour, j’ai vu des filles qui roulaient à scooter à Alexandrie, se souvient Dina Ahmed, et j’ai décidé d’en faire de même ». Voilà 2 ans qu’elle circule dans Gizeh avec son casque qui évite un peu qu’on la reconnaisse. Mona Sayed s’est mise au scooter il y a 2 ans avant de monter en gamme il y a 6 mois pour s’offrir une moto. Et ce n’est pas un simple loisir : « Je l’utilise pour tous mes déplacements » rapporte Courrier International.

Ce qui a motivé la trentenaire Ghada Magdy à revendre sa voiture pour un scooter, c’est d’abord la difficulté à circuler et se garer dans Gizeh (en périphérie du Caire). Mais toutes évoquent l’indépendance qu’offrent les deux-roues : « une moto protège les filles du harcèlement des hommes » confesse Basant Muhammad Al-Amir qui est passée à la moto il y a 3 ans. Surtout, la mobilité est indispensable à l’autonomie financière : quand Sarah Eid a quitté son mari, elle a pu devenir coursière parce qu’elle savait déjà conduire son scooter.

L’école des femmes. C’est pour cela que Walaa Zuhair a ouvert la So2ey Scooter Academy en 2020 pour apprendre aux filles à conduire. Depuis 2 ans, la mode a pris et l’Academy ouvre des succursales dans plusieurs autres villes. Car si Dina a appris à piloter avec son mari, tous les hommes ne sont pas aussi compréhensifs.

A Gizeh, Saeed Mahmoud ne tolère tout simplement pas qu’une femme ride : « Pourquoi une femme veut-elle imiter un homme en tout ? » se demande le quinquagénaire qui rappelle que ces Égyptiennes seraient mieux protégées en voiture. Sans doute, sous leurs casques, pensent-elles que cela dépend de qui on veut se protéger…

Crédit photos : So2ey / Facebook

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !