Comment le Portugal est devenu l’usine à vélos de l’Europe
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
L'EASY MOBILITY CHALLENGE EST DE RETOUR, DECOUVREZ LES START-UP EN COMPETITION ICI
Detour
Comment le Portugal est devenu l’usine à vélos de l’Europe
Servan Le Janne |  07/12/2021 18:06
Comment le Portugal est devenu l’usine à vélos de l’Europe

C'est un secret bien gardé : ces 30 dernières années, le Portugal est devenu le premier constructeur de vélos sur le vieux continent, en coiffant ainsi au poteau tous les producteurs historiques.

La vallée des vélos. Il n’y a guère de pistes cyclables à Agueda. Sous les parapluies colorés qui ont fait la réputation de cette ville portugaise de 50 000 âmes, les deux roues ne sont pas plus nombreux qu’ailleurs. C’est pourtant dans les environs qu’est produite une grande partie des vélos du continent. Surnommée la « bike valley », cette région située au sud de Porto permet aux Lusitaniens de dominer le marché dans l’Union européenne. L’année dernière, 2,6 millions de bicyclettes sont sorties des usines du pays contre 2,1 millions en Italie et 1,3 million en Allemagne. La France arrive en sixième position avec un peu moins de 500 000 unités.

Passée de 427 000 à 2,6 millions d’unités, la production de vélo portugais ne souffre même pas de la pandémie de Covid-19.

Tandis que l’Asie concentre l’immense majorité de la production mondiale, le Portugal a profité des mesures de protection imposées par l’Europe il y a près de 30 ans. La part des constructeurs basés dans les pays membres était alors en train de dangereusement dévisser, passant de 37,8 % en 1989 à 30,2 % au début des années 1990. À la demande de la Fédération européenne des fabricants de bicyclettes (FEFB), une taxe de 30,6 % a été imposée sur les importations de vélos chinois en septembre 1993.

Plus rapide que la Chine. La taxe a été fixée à 48,5% en 2013, et le Portugal s’est engouffré dans la brèche. Passée de 427 000 à 2,6 millions d’unités, sa production ne souffre même pas de la pandémie de Covid-19, bien au contraire. « Depuis avril, les commandes ont doublé et le marché a explosé », se réjouit au micro de la BBC Rui Mendes, directeur de Rodi, un fabricant qui fournit notamment Decathlon. « Nous avons doublé notre activité depuis le début de la crise du Covid-19 », précise Filipe Mota, responsable exportation d’Incycles, cité par France Info. Confronté à un manque de pièces et à des difficultés d’approvisionnement depuis la Chine, le secteur s’est retourné vers le Portugal.

La société de pièces détachées Miranda s’attend d’ailleurs à accumuler 24 millions d’euros de revenus cette année, un record. Selon son patron, João Filipe Miranda, le Portugal est réputé pour sa qualité et offre des délais de livraison bien plus courts que l’Asie. La plupart des vélos exportés sont élaborés dans la région d’Agueda, où quelque 60 usines emploient pas loin de 8 000 personnes. Ces chiffres pourraient bien augmenter dans les mois qui viennent. En plus de relocaliser la production, la Covid-19 a encouragé les Européens à prendre le vélo plutôt que les transports en commun pour réduire à la fois la pollution et la transmission du virus.

Même à Lisbonne, où les côtes sont particulièrement raides, l’utilisation du vélo est en plein essor.

Mobilité douce vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !