Comment le gouvernement protège-t-il les SDF du coronavirus ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Comment le gouvernement protège-t-il les SDF du coronavirus ?
Hilaire Picault |  7 jours
Comment le gouvernement protège-t-il les SDF du coronavirus ?

Pas d’attestation = pas de sortie, dit la loi. Mais quand on n’a pas de logement, comment vivre dehors ? Le gouvernement réquisitionne des chambres d'hôtel, lance un site et va bientôt ouvrir 18 centres d'hébergement d'urgence.

Ils seraient près de 250 000 en France mais les sans-abri sont un peu oubliés des grandes mesures de la crise sanitaire que traverse le pays. Les décisions de confinement sont inapplicables pour ceux qui n’ont pas de logement et incompatibles avec la fermeture des lieux accueillant du public imposée depuis une semaine. La vie s’est alors encore compliquée pour ceux qui manquent déjà de tout : dur de faire la manche puisque les rues sont vides, les maraudes se raréfient par manque de bénévoles – eux-mêmes confinés – et pour ce qui est de se protéger du virus, les gestes barrières sont rendus impossibles par manque d’accès à de l’eau courante. Allez vous laver les mains quand les toilettes et fontaines publiques sont fermées…

Loger sans logement. Les associations d’aide ont alerté les pouvoirs publics et cette semaine plusieurs mesures viennent rattraper le retard. À commencer par une prolongation de la « trêve hivernale » qui interdit toute expulsion, notamment dans les cas de loyer impayé, mais qui détermine aussi l’ouverture des centres d’urgence. La trêve devait se conclure comme chaque année avec le mois de mars ; elle est reconduite exceptionnellement jusqu’à fin mai comme l’a annoncé le ministre du Logement, Julien Denormandie.

On estime que 157 000 personnes sont accueillies par ces centres en France et donc temporairement protégées par la prolongation de la trêve hivernale.

Dans le même élan, le ministère du Logement a annoncé vendredi l’ouverture d’un « Centre d’isolement sanitaire » de 150 places à Paris. L’État aimerait cette semaine en compter un dans chaque région, au moins, piochant dans une liste de 80 sites utilisables. Très touchée, Bordeaux a ainsi accueilli dimanche 7 familles et 17 autres personnes dans une auberge de jeunesse tandis que Biarritz et Bayonne ouvrent des gymnases.

Où se laver les mains ? Pour les questions d’accès à l’eau, c’est le devoir des maires d’ouvrir ces points de distribution. Les fontaines et sanisettes sont souvent condamnées pendant l’hiver ; les maires sont appelés à rouvrir prématurément si possible. Bon élève, la mairie de Paris a déjà promis que « les bains-douches municipaux resteront ouverts » et Dominique Versini, l’adjointe en charge de l’exclusion a proposé au gouvernement « cinq centres de santé au service des centres d’hébergement », ainsi que « la moitié de nos gymnases pour les familles », comme elle l’a confirmé à La Croix.

Et pour les SDF contaminés ? Pour ceux qui ne nécessitent pas d’hospitalisation mais d’être alités pendant leurs soins, le gouvernement demande aux hôtels d’ouvrir leurs chambres. Après tout, le tourisme est « en état de mort cérébrale »… Et si les hôteliers ne jouent pas le jeu, l’exécutif a commencé à réquisitionner des chambres. Enfin, afin que personne ne soit oublié, le gouvernement lance jeveuxaider.gouv.fr une plateforme en ligne pour combler l’absence des effectifs des associations habituellement sur le terrain. Chacun peut se porter volontaire pour aider les sans-abri pour une tâche ou une autre. Preuve que, comme pour le transport, la solidarité repose sur l’implication de tous et toutes.

Crédits photos : AFP

https://cdni.rt.com/french/images/2020.03/article/5e73a1e66f7ccc7cc62c39f2.jpg

coronavirus logement SDF solidarité

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire