Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    La Chine lance un train sans conducteur et… sans rail

    Si les transports en commun sont écologiquement moins impactant, ils coûtent très chers à installer. Solution express ? Un train autonome sans rail qui suit des lignes peintes sur la chaussée. Merci la Chine.

    L’enfance de l’ART. La ville de Zhuzhou, à l’est de la Chine, vient de tester son futur service de transport public : l’« Autonomous Rail Transit » (dit ART), un train électrique et intelligent dont l’objectif est de réduire le trafic déjà chargé de cette grosse agglomération industrielle.

    Capable de circuler directement sur de la route comme un bus, l’ART a roulé à 70 km/h de moyenne le long de son parcours de 6,5 kilomètres. Il tirait trois wagons semblables à ceux de nos tramways, promettant donc une capacité de 300 personnes. Le constructeur ferroviaire chinois CRRC affirme qu’il est possible de rajouter (ou enlever) des wagons si nécessaires tant qu’on ne dépasse pas 500 passagers.

    Pour le futur, suivez la ligne blanche. Nul rail ici, ce train autonome suit un chemin balisé par des lignes de pointillés peintes à-même la route. Les capteurs embarqués repèrent les signaux, les analysent et se tiennent à ce seul trajet. Le conducteur, s’il est présent, peut se contente de surveiller et informer les passagers. Simplicité, sécurité, efficacité.

    La classe éco. Parfait pour les agglomérations n’ayant ni les ressources de creuser un métro ni l’envie de condamner des routes, on imagine le gain économique d’une telle innovation, qui se chiffre en millions d’euro pour chaque kilomètre de voie. Mais l’avantage de ces rails virtuels affecte aussi l’urbanisme. Chaque ville peut soudain facilement allonger ou modifier le trajet d’une ligne de train lorsqu’un nouveau quartier ouvre ses portes.

    Écologiquement, cette infrastructure légère (pas besoin de forage, ni de pomper l’eau souterraine…) amoindrit considérablement l’impact sur l’environnement. Et puis un chantier évité, ce sont des ressources d’économisées… La Chine a donc choisi ce train vert : l’ART sera installé à Zhuzhou dès 2018. Allez, on peut se le dire, le train du changement est en route.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.