Changez de nationalité, rejoignez les Îles poubelles
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Changez de nationalité, rejoignez les Îles poubelles
Joseph de Carme |  23.10.2017
Changez de nationalité, rejoignez les Îles poubelles

Deux ONG viennent de lancer une campagne pour que l’amas de déchets plastiques au milieu de l’océan Pacifique soit reconnu par l’ONU comme un État officiel. Un moyen détourné de sensibiliser sur une catastrophe écologique d’ampleur.

Un sale pays. Cela fait désormais une vingtaine d’années que les environnementalistes ont pris conscience qu’un amoncellement de particules de plastique de la taille de la France flotte au beau milieu de l’océan Pacifique. Pourtant, les ONG sensibles à la question peinent à se faire entendre.

Deux d’entre elles, LADbible et Plastic Oceans Foundation, ont donc pris le parti de marquer un grand coup, en usant d’une bonne dose d’absurde : elles viennent de lancer une grande campagne pour que cette « île » de détritus soit intégrée comme le 196ème État membre des Nations Unies, sous une appellation qui ne manque pas de piquant : Les Îles Poubelles (« Trash Isles » en anglais).

Une vérité qui dérive. Pour donner le coup d’envoi, les deux ONG ont donc profité de l’Assemblée Générale de l’ONU qui se tenait fin septembre à New York. Dans un monde où l’impact visuel est la meilleure arme possible de communication, des graphistes ont imaginé des passeports et des billets de banque du genre franchement déprimant, illustrés avec des tortues mangeant des déchets ou des mouettes empêtrées dans des filets en plastique.

Les créateurs disent aussi « travailler à un hymne, des élections et une équipe de football… ». Surtout, ils se sont dégotés un ambassadeur de choix en la personne d’Al Gore, écologiste convaincu, candidat malheureux à la présidentielle américaine de 2000 et donc désormais premier citoyen des Îles Poubelles !

I fought the law. Derrière le coup médiatique, il y a aussi une stratégie : si cet amas de plastique devenait vraiment un pays, il serait tenu de respecter les traités environnementaux, donc dans l’obligation de faire le ménage sur son « sol ». La question en creux interpelle : doit-on vraiment en arriver là pour commencer à agir ? La démarche est aussi l’occasion de rappeler que chaque année, 9 millions de tonnes de plastiques sont jetées dans les eaux, souvent de manière involontaire, puisque de nombreuses particules s’échappent de nos machines à laver, des cosmétiques qu’on utilise, etc. L’occasion de rappeler que chacun de nos gestes pour la planète, notamment dans le choix des produits que l’on utilise, compte.

Pour rejoindre les 135 000 signataires de la pétition et devenir à votre tour citoyen des Îles Poubelles, ça se passe chez LADbible.

déchets Ocean pays pollution

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire