Dans cette ville espagnole, la voiture est interdite depuis 20 ans
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Dans cette ville espagnole, la voiture est interdite depuis 20 ans
Hilaire Picault |  13.11.2018
Dans cette ville espagnole, la voiture est interdite depuis 20 ans

Plutôt que de bloquer une ville, on peut y interdire les voitures. En Espagne, Pontevedra l'a fait depuis vingt ans et tout y va mieux. Une solution aussi au coût de l’essence ?

Marre d’être à l’arrêt. En 1999, la ville espagnole de Pontevedra part en guerre contre les embouteillages. « Quand je suis devenu maire, raconte Miguel Anxo Fernández Lores au Guardian, 14 000 voitures passaient par cette rue chaque jour. Il y avait plus de voitures qui traversaient la ville en une journée que de gens qui y vivent. » Or, ce flot permanent de voitures, qui enfume et stresse les habitants, découle directement des embouteillages causés par les véhicules qui cherchent une place.

Plutôt que d’ajouter des contournements et faciliter le trafic, il fait voter au conseil municipal l’interdiction des voitures en centre-ville. « Nous avons décidé de rendre l’espace public aux habitants et, pour ça, il a fallu se débarrasser des voitures. »

Place gratuite. Désormais, 30 hectares de pavés sont réservés aux piétons. Des voies cyclables ont remplacé certaines voies. Cette mesure a nécessité quelques travaux : il a fallu remplacer les places de stationnement par de nouveaux parkings, soit 1686 places gratuites. La contravention pour stationnement interdit est à 200 euros, le choix est vite fait. Les feux ont été remplacés par des ronds-points et les rares voies ralliant le centre-ville sont passées à 30 km/h maximum.

Happy. Les résultats sont hallucinants : la ville ne déplore aucun accident depuis 2009. Les niveaux de pollution atmosphérique sont descendus de plus de 60% par rapport aux chiffres de 2013.

On consomme moins d’essence et on ne paie plus les parkings, que demander de plus ?

Même les automobilistes sont satisfaits : la ville entière se traverse en moins d’une demi-heure ; pas mal pour une ville de 82 000 habitants. En laissant sa voiture à l’écart (et sans payer plus), on est moins dépendant des carburants, ce qui signifie que cette mesure a aussi redonné du pouvoir d’achat aux résidents.

Visiblement satisfaits, 1200 nouveaux habitants ont investi la ville depuis 2009 et le maire a été réélu quatre fois depuis son décret. Alors maintenant, quitte à ne plus rouler et vouloir payer moins, vous connaissez la solution.

Crédit photos : The Guardian

ESPAGNE sans voiture ville

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire