Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Cette machine transforme l’air en eau potable

    Elle produit 2000 litres d’eau par jour sans rejeter de CO2, carbure aux feuilles d’arbres et tient dans un container maritime pour être transportée au bout du monde. Voici l’arme ultime anti-sécheresse.

    La dernière goutte. Les récentes averses et inondations en France sont trompeuses : le pays connaît depuis des mois une sécheresse record. C’est une conséquence du dérèglement climatique, dont l’effet est de vider les nappes phréatiques alors même que nous puisons déjà trop.

    Pour résoudre cette crise mondiale, le concours Xprize a rassemblé des inventeurs autour d’un objectif clair : concevoir une machine capable de produire 2000 litres d’eau pour moins de 40 dollars par jour sans utiliser d’énergie fossile. Cela tombe bien, un couple de Californiens avait un mini prototype dans sa maison.

    Air en eau. Avec leur startup Skywater, David Hertz et Laura Doss-Hertz ont perfectionné la machine et viennent de remporter le concours, soit 1,5 millions de dollars. Et leur invention les vaut bien, au regard du service rendu à l’humanité.

    Baptisée WEDEW (Wood-to-Energy Deployed Emergency Water), la machine aspire l’air extérieur et le réfrigère. Par condensation, des gouttes se forment et sont captées avant d’être filtrées. D’un point de vue technique, rien de neuf donc ; sauf que cette méthode est très énergivore. Donc chère. Ce pourquoi on lui préfère souvent la désalinisation d’eau de mer, moins coûteuse mais guère plus écologique.

    Sauver sans polluer. L’innovation énergétique qui fait la différence fut apportée par la startup Skysource aux époux Hertz. WEDEW carbure au biogaz et peut le créer elle-même : équipée d’un gazéifeur, elle transforme des déchets végétaux en gaz de synthèse. La démonstration utilisait des copeaux de bois mais des plantes et des feuilles mortes iront parfaitement.

    La machine produit 1135 litres/jour. Il a suffit aux Hertz d’en placer deux dans un container maritime pour passer le cap des 2000 litres quotidiens demandés. On ne peut pas dire que le système ne rejette rien. Mais avec WEDEW, ce n’est pas une épaisse fumée, c’est… un engrais naturel. De quoi faire pousser plus de plantes dont les feuilles serviront à alimenter la machine. À la vôtre !

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.