Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Cette île artificielle va empêcher le lac Tchad de disparaître

    Victime du dérèglement climatique, ce lac saharien se dessèche. Pour enrayer cette catastrophe pour l’environnement et sauver les populations qui en dépendent, un cabinet d’architectes local veut construire un centre de désalinisation au milieu du lac.

    Il y a des lacs qui se perdent… L’architecte camerounais Hermann Kamte a dressé un terrible constat : les récents bouleversements écologiques ont amoindri les précipitations alentours du lac Tchad, généré de récurrentes sécheresses, abouti à la disparition de la flore environnante et chassé la faune. Globalement, ce réservoir naturel est passé de 25 000 km² en 1967 à moins de 1500 km² en 2017. Refusant de voir le bassin se changer en désert, il a imaginé « The Forgotten – Dead or Alive » (« L’oublié – mort ou vif ») un projet dédié à donner un coup de main à la nature pour rendre au lac Tchad son niveau d’antan.

    La transition écologique durable. Le projet de régénération consiste avant tout en un système de pipeline qui pomperait l’eau de l’océan Atlantique et la conduirait jusqu’à un centre de désalinisation et de filtrage implanté au beau milieu du lac.

    Le projet comprend la plantation d’arbres et de verdure dans la région immédiate du lac. En combinaison, le centre aux formes aquatiques inclura aussi un centre de liminologie (l’écologie des eaux territoriales) et de recherche pour accélérer la réparation écologique de la région. Une fois son autonomie naturelle retrouvée, l’alimentation par pipelines sera coupée en 2080, libérant l’océan et rendant au Tchad son autosuffisance.

    Un berceau pour l’humanité. Au début de notre ère, ce réservoir naturel a accueilli et abreuvé les premiers hommes. Aujourd’hui, il abreuve plus de 9 millions d’hommes et femmes au carrefour du Niger, Cameroun, Tchad et Nigeria, qui en dépendent pour leur agriculture, leur pêche et leur hygiène quotidienne. Le cabinet HKA pense à eux et « The Forgotten » contiendra également une infirmerie, des réservoirs d’eau douce pour favoriser l’irrigation et aider les populations lors des tempêtes de sable arides, mais aussi des lieux touristiques pour booster l’économie locale (restaurant, mall, hôtel) qui motiveront les réfugiés climatiques ayant fui à revenir au pays.

    Le projet est actuellement à l’étude car son financement dépend d’aides internationales qui pourraient également servir à remplir le Tchad avec l’eau de l’Oubangui, cours d’eau prenant sa source en République démocratique du Congo. Une chose est sûre, vue l’ampleur du projet, vous n’oublierez plus « The Forgotten ».

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.