Cette Française a escaladé l'Everest trois fois pour le nettoyer
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Cette Française a escaladé l’Everest trois fois pour le nettoyer
Hilaire Picault |  07.05.2019
Cette Française a escaladé l'Everest trois fois pour le nettoyer

Clairement, le combat de Marion Chaygneaud-Dupuy pour protéger l’environnement atteint des sommets.

La plus haute déchetterie sur Terre. Depuis 2013, Marion Chaygneaud-Dupuy organise des expéditions sur l’Everest. Elle forme les guides à un alpinisme durable, c’est-à-dire qui respecte l’environnement au lieu d’abandonner les déchets qui alourdissent les grimpeurs au cours de la montée. Car depuis des décennies, bouteilles d’oxygène, cordes et tentes maculent les pentes de l’Himalaya. Heureusement, à 38 ans, Marion Chaygneaud-Dupuy vient de recevoir le prix « Terre de Femmes » pour son projet justement nommé « Clean Everest ».

8 tonnes de fraîcheur. La Française vit depuis 15 ans au Tibet et organise désormais chaque année une opération de nettoyage massive du versant tibétain du plus haut sommet du monde. Ce n’est pas une mince affaire : le ramassage nécessite la coordination d’une cinquantaine de guides et de porteurs et une centaine de grimpeurs volontaires. Sans parler des efforts pour inclure les autorités chinoises dans cette action. Les déchets prélevés sont redescendus grâce à des yaks avant d’être acheminés vers des déchetteries par avions.

Depuis son lancement, ce projet a permis de redescendre 8 tonnes de détritus de la montagne sacrée.

C’est un véritable exploit. Il vient s’ajouter à la décision récente des autorités népalaises de forcer les alpinistes s’attaquant à l’Everest à rapporter un minimum de 8 kilos de déchets après leur trek. Dans le cas contraire, ils perdent une caution déposée avant l’ascension de 3400 euros. Hélas, la moitié des grimpeurs ne jouent pas le jeu.


Today Nepal, tomorrow the world. Depuis sa première ascension en mai 1953, l’Everest a été escaladé des milliers de fois. La première femme à avoir contemplé le « toit du monde » est la Japonaise Junko Tabei en 1975. Le nom de Marion Chaygneaud-Dupuy la rejoint dans la gloire puisque la Française est la première femme à avoir atteint le sommet du mont Everest trois fois. Mais son combat touche moins l’histoire que l’avenir. Elle souhaite désormais mettre en place un système de gestion des déchets réplicable ailleurs et faire profiter de son expérience aux guides des autres grands sommets, notamment en Amérique latine.

Crédit photo une : Wilfried A. Desveaux / FONDATION YVES ROCHER

Alpinisme déchets femme Nettoyage

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire