Cette association parcourt les rues pour ramasser 1 déchet par jour
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Cette association parcourt les rues pour ramasser 1 déchet par jour
Vincent Pons |  25/11/2020 10:25
Cette association parcourt les rues pour ramasser 1 déchet par jour

Avec son hashtag #1déchetparjour, l'association incite tout marcheur à devenir militant pour la planète en se prenant en photo avec un déchet ramassé. Intrigués, on a posé quelques questions à Alexandre Mounier, son président.

Ramasser un déchet, c’est simple, alors est-il aussi facile de rejoindre le mouvement 1 déchet par jour ?  

Tout le monde peut participer, il suffit juste de marcher dans la rue et de voir un déchet. Ensuite, on le ramasse, on le prend en photo, on le met à la poubelle et on poste sa pêche urbaine avec #1dechetparjour et #1pieceofrubbish. C’est rapide et en faisant cela, on rejoint le mouvement.

Je vous mets au défi de trouver une seule personne qui ne rencontre pas un déchet durant une excursion urbaine.

Un projet qui brille par sa simplicité. Comment vous est venue une telle idée ? 

En 2016, cette envie a germé dans l’esprit de notre fondateur, Edmund Platt, un citoyen britannique installé à Marseille. Lors d’une visite dans sa ville natale, Leeds, il a été surpris de voir l’état de son parc d’enfance. Les déchets avaient remplacé le vert de la pelouse et pour lui il était impossible de ne pas réagir. Il s’est alors imposé à lui-même le défi de ramasser au moins un déchet par jour. À cette époque, nous étions en pleine selfie-mania et il s’est pris en photo avec son déchet avant de le mettre à la poubelle et a posté le cliché sur les réseaux sociaux. Cela a provoqué une avalanche de likes et de commentaires. Parmi ceux-ci, il y a eu celui de Georges-Édouard Legré. Ce dernier le mettait au défi d’arriver à faire ramasser leurs déchets aux Marseillais. À son retour dans la capitale phocéenne, ils se sont rencontrés et ont formalisé un concept qui espérons-le touchera toute la planète.

En complément du hashtag, organisez-vous des ramassages de plus grande ampleur ? 

Oui, surtout à Marseille. On les annonce sur nos réseaux sociaux et ils sont ouverts à tous. Souvent, nous essayons que ces marches prennent place en ville car nous voulons montrer que c’est un espace où les déchets prolifèrent. C’est un lieu de surconsommation où il y a le plus de déchets générés.

Vous voulez dire qu’il est impossible aux citadins de ne pas croiser un déchet dans la rue lors d’une balade ? 

Je vous mets au défi de trouver une seule personne qui ne rencontre pas un déchet durant une excursion urbaine. Il y aura toujours au moins un mégot qui traine.

 

Constatez-vous une recrudescence des déchets dans la rue ces temps-ci ? 

Oui, malheureusement… Il y a plein de nouveaux déchets comme les fameux masques à usage dit unique ou les cartouches de protoxyde d’azote utilisé comme gaz hilarant avant leur interdiction. Il y a aussi le come-back d’anciens déchets star, avec le retour de l’école comme le Capri-Sun. 

Et quel déchet avez-vous ramassé aujourd’hui ? 

Je n’ai pas été très original, j’ai ramassé trois Capri-Sun. Si un déchet avait été créé pour nuire à l’environnement, il ressemblerait à un Capri-Sun. 

Vous détestez les déchets mais aimez les réseaux sociaux ? Participez, vous aussi, en ramassant un déchet par jour. Pour les Marseillais, n’hésitez pas à rejoindre le mouvement sur leur site internet. 

Marseille Mobilité écologiste Ramassage de déchet

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !