Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Cet homme veut rendre un milliard de gens heureux

    Mo Gwadat avait un poste de rêve chez Google. Pourtant, la mort de son fils en 2014 l’a bouleversé. Pour exorciser la douleur, il a écrit un livre avec un objectif démesuré : rendre un milliard de gens heureux.

    Google happiness. Gérer des projets et diriger des hommes, Mo Gawdat, ça le connaît. Pendant des années, cet ingénieur égyptien a été le directeur commercial du Google X Lab, le centre d’innovations (entouré de bien des secrets) de Google. Mais à l’occasion de la journée du bonheur, en mars dernier, Mo a annoncé publiquement qu’il allait quitter la firme pour se consacrer à un projet plus fou que tous ceux qu’il a menés jusque-là : convertir un milliard d’heureux qui s’ignorent à sa philosophie du bonheur.

    Tout part d’un drame. En 2014, Ali, le fils de Mo, décède à l’âge de 21 ans à la suite d’une erreur médicale lors d’une opération chirurgicale bénigne. Dévasté par cette injustice, Mo prend la situation par le bout inverse, et décide d’honorer la mémoire de son fils en s’attelant à chercher les causes du bonheur. À nos confrères d’Usbek et Rica, il confiait le socle de sa vision : « Un nouveau-né est heureux par défaut – comme on dit en informatique, c’est le réglage de base – pourvu qu’il soit au chaud, qu’il n’ait pas faim, que sa couche soit propre et qu’il puisse jouer avec ce qu’il a autour de lui. C’est quand on grandit que vient l’ego, et avec l’ego la possession (c’est MON jouet, MA voiture, MA femme), et avec la possession, tous les objets qu’on accumule. Mais le bonheur, c’est en vous. »

    Le code source du bonheur. Mo Gawdat s’est donc mis en tête de retrouver les moyens d’accéder à ces réglages de base et il en a fait un livre intitulé La formule du bonheur. Car voilà, on ne se refait pas, l’Égyptien défend une version de la question très « nerd ». Pour lui, l’humain n’est jamais qu’une machine aux comportements prévisibles. Dès lors, l’enjeu selon l’ex-Google est de percer à jour l’algorithme qui sous-tendrait le fonctionnement des émotions et des sentiments. Il ne le disait pas autrement dans Le Parisien :

    « Mon livre est un manuel d’optimisation du bonheur basé sur la pure logique et un mix d’émotions humaines, une formule… »

    Concrètement, c’est quoi cette formule ? Rien de très nouveau, surtout du bon sens, en fait. Gawdat propose un mix personnel de différentes théories et philosophies. Il prône le lâcher-prise, l’appréciation de l’instant, s’amuser dans la vie et dédramatiser les petits trucs relous du quotidien. Une base solide revient : l’idée que c’est le décalage entre les faits (ce qui arrive) et nos attentes (ce qu’on espérait) qui rend malheureux. En acceptant les choses pour ce qu’elles sont, tout va déjà mieux.

    Le milliard, le milliard… Sa manière de tout ramener à des comparaisons entre l’homme et la machine avec des métaphores techniques témoigne d’un logiciel interne largement formaté par toutes ces années passées dans la Silicon Valley, ce qui peut rapidement irriter. Pourtant, Mo Gawdat, lui, semble l’avoir trouvé son bonheur. Alors, il veut faire passer son message.

    Et il s’en donne les moyens : son livre est traduit en 30 langues. Il a aussi créé un hashtag #onebillionhappy (#unmilliardheureux) pour rassembler les fidèles et diffuser la bonne parole, en utilisant les réseaux sociaux en guise de porte-voix. Tout l’attirail qu’on attend d’un prophète 2.0, finalement.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.