Cet Australien veut créer la première compagnie aérienne écolo au monde
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Cet Australien veut créer la première compagnie aérienne écolo au monde
Robin Ecoeur |  14/12/2020 11:05
Cet Australien veut créer la première compagnie aérienne écolo au monde

Aaron Shaw, le patron de la compagnie aérienne locale d’hydravion Sydney Seaplanes, a l’ambition de n’avoir, à partir de 2025, que des engins électriques. Et de, peut-être, devenir la première compagnie « zéro émission » au monde.

Objectif 2023. On est loin, mais alors très loin, des énormes compagnies aériennes comme Air France ou American Airlines. Chez Sydney Seaplanes, cinq hydravions transportent les touristes et les clients aisés du Port Jackson situé à Sydney (le Sydney Harbour) vers les plus belles plages du coin et les restaurants prisés des stars. Parmi les clients, on compte Ed Sheeran ou encore Pippa Middleton, la sœur de Kate Middleton, duchesse de Cambridge. Fondée en 2006 par Aaron Shaw, l’Australien a désormais l’ambition, comme l’indique le Sydney Morning Herald, de devenir le patron de la première compagnie aérienne « zéro émission » au monde. Son plan ? Un premier avion électrique en 2023 et l’utilisation de l’énergie solaire pour recharger les appareils et faire fonctionner ses infrastructures. Aaron ambitionne d’avoir une flotte totalement électrique en 2025.

Pour y arriver, la compagnie s’est également associée à la société MagniX, qui en 2019, a fait voler le premier hydravion électrique en Australie durant environ quatre minutes. Ensemble, ils travaillent sur l’électrification d’un premier appareil de 12 places.

3 millions d’euros. L’un des avantages d’Aaron est la taille de sa compagnie aérienne ainsi que les distances parcourues lors des vols. Certains trajets ne prennent qu’une dizaine de minutes, le temps de se rendre d’une plage à l’autre. Ainsi, le problème lié à l’autonomie des batteries n’en serait plus un. Surtout que des petits avions électriques, comme l’Eviation Alice ou le Zunum Aero, existent déjà et que les technologies pour électrifier les appareils sont toujours plus pointues.

Pour réussir sa transition écologique, Sydney Seaplanes devra mettre la main au porte-monnaie : Aaron estime le coût des investissements autour de 5 millions de dollars australiens, soit un peu plus de 3 millions d’euros. Il faudra également l’autorisation de la Australian Civil Aviation Safety Authority pour voler et avoir le droit de transporter des passagers.

Mais Aaron n’est pas le seul à y croire, malgré les doutes de plusieurs spécialistes sur cette « solution miracle » que serait l’avion électrique. La Norvège sera le premier pays à imposer l’avion électrique pour les vols intérieurs d’ici à 2040 et la société slovène Pipistrel Aircraft a récemment été la première à obtenir, pour son appareil, le droit de voler. Si pour Air France ou Americain Airlines, les long-courriers ne se feront pas en avion électrique dès demain, il sera bientôt possible de survoler Sydney sans faire de bruit. Et sans polluer.

Crédits photos : Facebook Sydney Seaplanes

Australie Avion électrique Mobilité électrique pollution

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !