Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Cet Américain invente la batterie bio qui se recharge avec votre transpiration

    Des scientifiques américains ont fabriqué une pile biologique qui se nourrit de nos bactéries pour produire de l’électricité. Et comme elle tient dans du textile, cette batterie pourra recharger votre mobile pendant votre jogging.

    Se tenir au courant. Jusqu’ici on savait que notre propre chaleur pouvait servir à faire de l’électricité. Puis l’ingénieur en électricité Seokheun Choi, professeur à l’université de Binghamton, nous avait démontré qu’on pouvait faire une batterie avec du papier et de la salive. Ses origamis profitaient d’une réaction chimique (l’oxydoréduction) mettant à profit les cellules bactériennes dans nos sécrétions pour faire circuler des électrons et donc générer de l’électricité. Cette fois, le professeur de l’état de New York a amélioré son invention pour l’intégrer dans des tissus connectés.

    Quelques gouttes suffisent. Les avantages de cette bio-pile sont nombreux, notamment le fait qu’elle est moins fragile, un tissu pouvant être déformé ou froissé sans craindre de panne, fait remarquer Choi. Il peut aussi être étiré ce qui permet d’envisager une source d’énergie extensible au besoin. Enfin, selon Choi, cette énergie est durable puisqu’on peut être certain de ne jamais manquer de carburant : « Les bactéries sont partout en quantités incroyables. Si l’on considère que les humains possèdent plus de cellules bactériennes que de cellules humaines dans leur corps. »

    Bio-pile dans un pull. Si l’on imagine des vêtements mettant à profit cette trouvaille, on pourra bien sûr recharger nos mobiles en se rendant au bureau le matin, mais également envisager de nombreux objets connectés gourmands en énergie. Par exemple, des dispositifs liés aux exosquelettes pour réduire les efforts des travailleurs de force, ou des capteurs d’e-santé pour accompagner les malades chroniques (notamment diabétiques).

    Seul souci – mais de taille XXL – pour le moment, la batterie des chercheurs de Binghamton peut délivrer 6,4 microwatts par cm². Mais son précédent modèle permettait d’allumer une LED pendant 20 minutes. Alors gardons espoir et n’éteignons pas tout de suite ce labo.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.