C'est prouvé : les freins automatiques d'urgence ne serviraient à rien
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
C’est prouvé : les freins automatiques d’urgence ne serviraient à rien
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  08.10.2019
C'est prouvé : les freins automatiques d'urgence ne serviraient à rien

Possiblement bientôt obligatoire sur tous les véhicules neufs d’ici 2020, le freinage automatique d'urgence est pourtant loin d’être encore au point.

Le frein est rongé. On considérait le freinage automatique d’urgence comme un acquis. On était persuadé qu’il faisait partie intégrante de l’arsenal de nouvelles technologies supposées réduire les risques au volant. Que ce dispositif de détection autonome d’obstacle… détectait les obstacles. C’était une erreur. Le système est loin d’être maitrisé, comme le montre une batterie de tests effectués par l’Association américaine des automobiles (AAA), dont les résultats se révèlent plutôt alarmants.

Pire la nuit et pour les enfants. Réalisés sur circuit fermé avec des piétons factices, ces tests ont révélé que les véhicules roulant à 30 km/h heurtent les piétons qui traversent la route dans 60% des cas. Mais ce n’est pas tout. Lorsque les chercheurs remplacent les mannequins adultes par des piétons factices de la taille d’un enfant, on monte à 89%. Évidemment, lorsque la vitesse augmente, le nombre de collisions aussi dans chacun des cas. Et l’intégralité des tests nocturnes ont montré que les systèmes de détection étaient tout simplement inopérants. Absolument aucune collision n’a été empêchée de nuit.

In the death car. Rien ne se produisant par hasard, cette étude intervient à un moment où la mortalité des piétons augmente aux États-Unis. D’après un rapport de la Governors Highway Safety Association, 6227 piétons ont trouvé la mort sur les routes américaines en 2018. Un record en presque trente ans. Selon ce même rapport, le responsable est moins à chercher du côté du freinage automatique d’urgence que chez l’amour grandissant des Américains pour les SUV. Plus gros, plus lourds, plus puissants, ces véhicules sont plus susceptibles de tuer un piéton après collision (notamment parce qu’ils frappent au torse). Le nombre de piétons tués par des SUV aux États-Unis a grimpé de 50% entre 2013 et 2017.

En France, en 2018, 475 piétons ont été tués sur les routes, un chiffre en baisse par rapport aux années précédentes. Et cela, en dépit d’un nombre de SUV grandissant sur les routes du pays.

Etats-Unis frein Sécurité routière

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire