C'est hélas officiel, les autoroutes vont encore augmenter leurs tarifs en 2020
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
C’est hélas officiel, les autoroutes vont encore augmenter leurs tarifs en 2020
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  6 jours
C'est hélas officiel, les autoroutes vont encore augmenter leurs tarifs en 2020

Une hausse d’1 à 1,5 %, c’est moins qu’en 2019 mais on pouvait espérer mieux.

1 point c’est tout. Les sociétés détenant les concessions des autoroutes françaises procèdent à une réévaluation de leurs tarifs chaque année, généralement en février. Le secrétaire d’État aux Transports a confirmé à RTL que cette année n’échapperait pas à la règle. Les péages augmenteront d’« 1 à 1,5 % à compter du 1er février 2020 » a déclaré Jean-Baptiste Djebbari.

À titre d’exemple, les 466 kilomètres de l’A6 entre Lyon et Paris coûtent aujourd’hui 34,80 €. En 2020, le trajet montera à 35,15 €.

Le prix de la sécurité. Le secrétaire d’État rappelle que cette hausse n’est pas de la responsabilité du gouvernement, expliquant que l’exécutif « analyse les propositions des autoroutiers et avalise ce que dit le contrat ». Toutefois, elle déplaît à l’association 40 millions d’automobilistes qui y voit des « augmentations sans cesse au-delà de l’inflation mêlées à des taxes incessantes sur l’usage de l’automobile ».

L’association souligne que ces « tarifs prohibitifs dissuadent […] d’emprunter les autoroutes, qui constituent pourtant sans conteste le réseau le plus sécuritaire ». Preuve que les autoroutiers font bien leur travail ? En 2019, les prix avaient été relevés d’1,8 à 1,9%, ce sera donc moins cette année. Pourtant cela aurait pu être évité.

D’où vient l’augmentation ? La réévaluation est généralement calquée sur l’inflation – qui a justement été évaluée à 0,9% par l’INSEE en septembre – et sur les travaux du réseau. Or, le « plan autoroutes » lancé sous François Hollande exige de nombreux aménagements que les autoroutiers réaliseront jusqu’en 2023. Certes, l’État n’a pas augmenté ses redevances (près de 4% du prix du péage). Mais il n’a pas non plus choisi de geler les prix, comme l’avait fait l’ex-ministre Ségolène Royal ; ce qui avait eu pour effet de reporter les hausses… à aujourd’hui.

L’autre raison qui pousse les concessionnaires à monter leurs prix, c’est le manque à gagner depuis le lancement du mouvement des gilets jaunes, qui a tantôt forcé l’ouverture des barrières tantôt conduit à des détériorations des péages. Après avoir négocié des tarifs réduits pour les automobilistes pendulaires, le gouvernement semble préférer laisser passer cette “raisonnable” augmentation et se préparer à la fin des concessions, planifiée pour 2031 et 2036. Pourtant, paradoxalement, cette nouvelle hausse des prix alimentera à nouveau la contestation qui se réunira le 5 décembre prochain.

https://fifty-wp.s3.amazonaws.com/detours/uploads/2018/11/Peage-ouvert-gilets-jaunes.png

Autoroute hausse prix

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire