Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    Céline Lazorthes Leetchi portrait (c) Détours

    Céline Lazorthes

    Partie de rien elle a créé Leetchi, la plus grosse cagnotte de France

    La fondatrice du groupe Leetchi, qui détient notamment le célèbre site de cagnotte, n’a pas fini de faire bouger les lignes du monde de la tech. Récemment invitée par Mark Zuckerberg en Californie, elle était la seule représentante de l’Europe de l’Ouest. Un honneur mais pas un hasard pour cette femme qui, en à peine un an après son diplôme de Master, a réussi à créer une entreprise devenue leader européen sur son marché.

    Récolter les fruits du succès. À 34 ans, Céline Lazorthes n’a (presque) plus rien à prouver. Ses débuts sont connus : lors de l’organisation du week-end d’intégration de son école HEC, elle galère à récolter l’argent de tous les participants. Elle a alors l’idée d’une cagnotte en ligne, simple et efficace. Elle crée un prototype, le développe grâce à l’aide financière de ses parents, trouve des investisseurs et en moins de temps qu’il ne le faut pour l’écrire se retrouve CEO de Leetchi. L’origine du nom ? Après Apple et Orange, pourquoi pas un fruit, lui suggère alors un ami pendant un apéro brainstorming.

    Céline Lazorthes n’est pas tombée dans ce monde par hasard. Prépa Math Sup, Math Spé, passerelle vers la fac pour apprendre la gestion de projets informatiques tout en se formant au développement web et au graphisme… La jeune étudiante a su flairer le boom des entreprises numériques à la fin des années 2000, à l’époque où on ne parlait pas encore à tous les coins de rue d’incubateur et de startup. « Il n’existait pas vraiment de parcours spécialisés comme aujourd’hui, je me suis donc construit ma propre formation. »

    « La France a un écosystème extraordinaire et une solidarité entre entrepreneurs qui se différencie de la Silicon Valley.« 

    Récolter l’argent pour tous. En presque dix ans, son groupe grandit et se développe. À la tête d’une entreprise de soixante-quinze collaborateurs entre Paris, Londres, Luxembourg et Berlin, Céline a aussi créé une branche en B2B, Mangopay et ré-investit dans de nouvelles startups françaises pour « rendre ce que j’ai reçu », dit-elle. Soutenue par Xavier Niel (Free) et Oleg Tscheltzoff (Fotolia), elle sait l’importance des premiers investissements pour démarrer. « La France a un écosystème extraordinaire et une solidarité entre entrepreneurs qui se différencie de la Silicon Valley », a pu constater la Française.

    « Normalement c’est 6 à 7 % de femmes dans la Fintech, une catastrophe.« 

    Pour la parité, contre le machisme. Avec 45% de femmes recrutées et l’égalité des salaires, Céline Lazorthes a encore un temps d’avance : « Pour la finance et la tech, c’est extraordinaire. Normalement c’est 6 à 7 % de femmes dans la Fintech, une catastrophe. En ce qui concerne les salaires, c’est une évidence. » Profondément féministe, elle intervient régulièrement auprès des étudiants et des femmes, « toujours gratuitement », pour encourager l’esprit d’entreprendre. « Parce que malgré les difficultés, c’est une chance de pouvoir faire ce qu’on a envie, avec les gens que l’on a choisis ! »

    leetchi.com

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.