" layout="nodisplay"> Ce street artist breton "vandalise" les panneaux de signalisation avec génie
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Insolite / Ce street artist breton “vandalise” les panneaux de signalisation avec génie
Ce street artist breton “vandalise” les panneaux de signalisation avec génie
Hilaire Picault |  16/01/2022 19:50
Ce street artist breton "vandalise" les panneaux de signalisation avec génie

Certain crient au saccage. D’autres au chef d'oeuvre. Mais hé, tout le monde les a regardé ses panneaux…

Banksy du piétonnier. C’est bien un sumo soulevant un sens interdit. Ici des ciseaux coupent une interdiction de stationner. Et là, un guitariste qui fait un solo sur une flèche… Autant de détournements réalisés par l’artiste Clet Abraham, en réalisant des dessins sur des stickers qu’il va ensuite coller en ville. Car depuis une dizaine d’années, ce peintre et sculpteur breton a trouvé le support idéal pour ses œuvres : les nombreux panneaux de signalisations qui ornent nos places, rues, ronds points…

Tous ont en commun d’être extrêmement sobres et parfaitement compréhensibles, peu importe votre langue. C’est la quintessence de la communication. Pourtant, sans un mot, ils nous contraignent à faire ce qu’on nous dit. Et les créations de Clet Abraham dénoncent ou font réfléchir à cet état de fait.

File:Portrait of Clet Abraham, Florence.jpg - Wikimedia Commons

A 55 ans, le Breton, désormais installé à Florence, en Italie, a “exposé” ses œuvres de Rome à Londres ou Paris, et même New York. Il aurait recouvert 10 000 panneaux en 10 ans, même si ceux-ci sont majoritairement “nettoyés” après coup. Car son travail est illégal. « On me reproche souvent de créer une possibilité de danger dans la circulation routière », raconte-t-il dans une vidéo, mais à ses yeux c’est tout le contraire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Clet (@cletabraham)

Ouvrir les yeux. A force de voir la même signalisation partout on ne la regarderait plus, alors que ses créations attirent l’œil vers ces panneaux mal-aimés, recréant de l’attention donc de la sécurité et même – selon lui – « une empathie ». Loin de lui l’idée de saccager les villes, au contraire il veut ouvrir le regard. « Pour moi, l’art construit alors que le vandalisme détruit, explique-t-il à Fluctuat. Un acte artistique peut avoir une partie destructive mais il a une finalité constructive. » La police mise à part, tout le monde les adorent, non ?

Crédit photos Une : Wikipedia.

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !