Ce Français écolo a fait 1800 km en train, vélo et voilier pour aller à la COP26
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
L'EASY MOBILITY CHALLENGE EST DE RETOUR, DECOUVREZ LES START-UP EN COMPETITION ICI
Detour
Ce Français écolo a fait 1800 km en train, vélo et voilier pour aller à la COP26
Robin Ecoeur |  08/11/2021 17:37
Ce Français écolo a fait 1800 km en train, vélo et voilier pour aller à la COP26

Contrairement aux grands chefs d’États qui ont opté pour le jet privé pour aller parler d’environnement, un conférencier français a choisi de faire Marseille-Glasgow en train, en bateau puis à vélo. Un voyage plus long, certes, mais moins polluant.

Ce sont des chiffres avancés par le Scotland Sunday Mail : 400 jets privés ont atterri à Glasgow en amont de la COP26, et l’empreinte carbone des trajets à l’occasion de ce sommet sur le climat sera supérieure à celle de 1600 Écossais sur une année entière. Heureusement, certaines personnes présentes en Écosse ont conscience des enjeux face à la crise climatique. Et montrent l’exemple.

Parmi eux, on retrouve Benjamin de Molliens. Le Français de 34 ans, fondateur du projet « Plastic Odyssey » qui vise à réduire la pollution plastique, s’est rendu à Glasgow pour animer plusieurs conférences. Mais au lieu de prendre l’avion depuis Marseille direction l’Écosse, le conférencier a multiplié les modes de transport écologiques. Il a d’abord pris un train de la cité phocéenne à Lille. Arrivé dans le Nord, Benjamin est monté sur un vélo muni de deux vieilles sacoches recyclées pour se rendre à Boulogne-sur-Mer, soit 128 kilomètres. Enfin, le Marseillais a embarqué (avec son vélo) sur un voilier pour traverser la Manche direction Douvres. Et ce n’est pas encore fini : une fois outre-Manche, Benjamin s’est remis en selle pour se rendre à Glasgow, soit près de 900 kilomètres.

Benjamin, qui est parti le 22 octobre de Marseille, est arrivé le 31 octobre à Glasgow. Neuf jours de voyage contre quelques heures en avion, mais un geste fort pour la planète. « Je ne pousse pas les gens à, tous, prendre leur vélo et parcourir 1000 kilomètres. Mais je cherche à sensibiliser les gens, le plus grand nombre, à notre empreinte écologique, à notre empreinte carbone et en commençant par moi plutôt qu’en pointant du doigt les autres », a confié Benjamin à FranceInfo.

Avec ce périple, Benjamin, qui est habitué aux voyages éco-responsables (les Alpes à pied, le canal du midi en paddle, etc.), montre que l’on peut se déplacer autrement. Et que chacun à son niveau, il est possible de réduire son empreinte carbone, même sans se farcir 1000 bornes à vélo.

Pour suivre Benjamin sur Instagram, c’est par ici.

insolite Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !