Ce fou d'avion a recyclé 2 appareils crashés pour construire son propre planeur
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Ce fou d’avion a recyclé 2 appareils crashés pour construire son propre planeur
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  20/05/2021 16:06
Ce fou d'avion a recyclé 2 appareils crashés pour construire son propre planeur

Ce modèle a disparu des circuits il y a 50 ans, mais c’était sans compter sur la motivation de trois Alsaciens bricoleurs. Et depuis, le Nemo vole de ses propres ailes.

Nemo. C’est le nom de ce poisson rescapé avec une aile handicapée mais qui se lance quand même dans une grande odyssée, sans craindre pour sa vie. Quel meilleur nom pour un appareil retapé par trois passionnés d’aéronautique pour redécoller 30 ans après son crash ?

Trois Mulhousquetaires. Ils s’appellent Joseph Rieth, Jean-Marie Kistler et Michel Henn. Le premier a déjà construit son propre planeur, à l’ancienne, en bois et toile. Cela lui a pris 15 ans, raconte France3 Grand Est, juste ce qu’il faut pour s’échauffer. De son côté, Jean-Marie Kistler voit deux petites annonces pour des appareils abîmés. Un de 1966 au fuselage brisé en 1986, mais dont les ailes étaient intactes ; l’autre datant de 1967, mais cloué au sol aux Pays-Bas depuis 1997 et la perte de son aile gauche. L’ancien mécanicien de courses automobiles les rachète en 2015, et rassemble le pionnier Joseph Rieth et un spécialiste des constructions métalliques, Michel Henn.

Ensemble, ils mettront 4 années pour créer une réplique du planeur M200, mythique biplace italien des années 60.

L’oiseau s’est envolé. Le résultat, c’est Nemo, planeur de 8,50 mètres de long pour 18 mètres d’envergure repeint à l’image du célèbre poisson-clown. « Il n’y a aucun clou, aucune vis » annonce fièrement le commandant Kistler puisque toute sa structure est en bois cintré et est collé pour « pouvoir être sûr qu’il n’y ait aucun point de rupture ». Une fois construit et homologué, le Nemo a fait son baptême de l’air le 14 avril dernier et volé 30 minutes au-dessus de la région de Mulhouse.

Une performance d’autant plus notable que le dernier M200 est sorti des usines Foehn en 1972, un modèle produit en petite série, qui ne compte qu’une soixantaine d’appareils en tout. Tous ou presque ont rendu l’âme. À sa façon, Nemo leur a survécu. Un drôle d’oiseau avec un nom de poisson.

Image de Une non contractuelle

mobilité aerienne

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !