Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Ce camion parcourt les villages pour réduire la fracture numérique

    En rendant impression 3D et découpe au laser accessibles au plus grand nombre, ce fab lab à quatre roues espère stimuler la créativité des entrepreneurs locaux.

    Le futur est à quai. L’ancienne gare de Carpentras a trouvé sa nouvelle vocation : dès 2019, elle accueillera entreprises, espaces de coworking, de formation et de restauration au sein de La Gare numérique. Au cœur de cet environnement, un fab lab, ce laboratoire de fabrication du futur, est déjà à quai. Scanners, imprimantes 3D et autres outils de conception y sont mis à disposition de tous.

    En mutualisant ces machines à commande numérique, la ville espère dynamiser la co-construction parmi les acteurs de l’économie locale… et rurale. Pour étendre son champ d’action, le fab lab compte également sur un camion numérique. Une manière de réduire la « fracture numérique », cette difficulté ou incapacité d’accéder à internet et aux technologies qui en découlent comme les applications, les services de streaming et les déclarations en ligne…

    L’association en charge du camion fab lab attend entre 500 et 1000 usagers par an sur les différentes places de villages, marchés provençaux et événements locaux.

    Innovation passe-partout. Le camion sillonnera les routes de campagne du nord du Vaucluse pour aller à la rencontre d’artisans, d’entrepreneurs, d’agriculteurs et de curieux, jeunes et moins jeunes. Les bénévoles feront découvrir les usages de cet échantillon de technologies issues du fab lab. L’idée est que les plus éloignés de l’innovation puissent toucher bien concrètement du doigt ces nouveaux concepts et outils.

    Démystifier la technologie. Réparer ou prototyper un objet, imprimer en 3D une pièce manquante, programmer un système d’arrosage intelligent… le fab lab itinérant vise à solutionner des problématiques locales grâce à des ressources innovantes et à l’entraide. Il pourra aussi être loué pour un hackathon, du team building ou tout autre événement local pour faire rouler la créativité sur tout le territoire.

    À en croire le CESI (groupe d’enseignement supérieur et de formation professionnelle de Nantes), la route est longue dans ce domaine : les trois quarts des TPE françaises (de moins de 10 salariés) estiment que la transition numérique n’est ni stratégique ni essentielle pour leur structure. En cause, les coûts prohibitifs des nouvelles technologies et le manque de formation.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.