Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Airbus fait enfin décoller son taxi

    Électrique, monoplace, autonome et en mesure de décoller à la verticale, le Vahana a tous les atouts pour s’intégrer dans le quotidien citadin.

    Dans la course aux taxis volants, Airbus possède un projet depuis plusieurs années, officiellement révélé l’an passé. Mais à force, on finit par savoir qu’entre les effets d’annonce et la réalité du terrain, il est fréquent de devoir attendre des siècles avant de voir des résultats concrets. Sauf qu’avec un gros poisson comme Airbus, les moyens à disposition ne sont pas les mêmes que ceux d’une startup.

    Et qu’on se le dise, dans la bataille pour sortir le premier service fonctionnel de taxis volants, un palier a été franchi le 31 janvier dernier par le leader européen de l’aéronautique. Le Vahana a donc réalisé son premier « vol ».

    Remettons les choses en perspective. Cette espèce de drone monoplace est un engin autonome et électrique. Il a pour enjeu d’apporter une réponse à une clientèle prête à tout pour échapper à l’horreur des bouchons en ville. Et parmi les spécificités qui en font une réponse crédible et adaptée dans des espaces urbains et confinés, Vahana décolle à la verticale.

    En terme d’usage, l’idée commence à être rodée. On commandera depuis une application en notifiant une adresse de départ adaptée et une d’arrivée. Le service proposera alors la liste des « vertiports » les plus proches. Une fois la course confirmée, paiement à l’appui, l’appareil autonome sera en mesure d’effectuer seul toutes les opérations de décollage, d’atterrissage, de calcul du plan de vol et de gestion des obstacles et pépins potentiels (eh oui…) La courte vidéo ci-dessous restitue très bien les choses :

    Baptême de l’air. Ce premier essai d’environ une minute – décollage, montée à 5 mètres de haut, atterrissage – semble une simple formalité, mais il démontre que cette machine, d’environ 6 mètres sur 6 pour un poids de 745 kilos, est bien capable de voler toute seule. Cette démonstration confirme aussi qu’Airbus est parfaitement dans les clous de ses objectifs, à savoir proposer un service opérationnel dès 2020. Si vous aviez encore des doutes quant au fait que le drone autonome soit le transport de demain, mettez vous à jour; ça arrive très vite.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.