Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Au Burkina, il transforme des déchets plastiques en toit

    Finies les maisons fournaises à cause de leurs toits en tôle. Calvin Tiam, un ingénieur-maker camerounais, parie sur le recyclage utile et crée des toits à partir de déchets plastique.

    Nous produisons toujours plus de déchets. Et plutôt que de se lamenter, certains cherchent des solutions, des vraies, pour limiter ou recycler nos poubelles ! C’est le cas de Boyan Salt, cet ado parti à la pêche aux déchets plastiques dans les océans du monde entier ou de Michael Reynolds, cet architecte américain décidé à transformer ces déchets pour en faire des maisons éco-durables. Cette équipe de soldats-optimistes doit désormais compter avec un nouveau venu : Calvin Tiam, un ingénieur camerounais, qui entend bien transformer les déchets plastiques de son pays (et demain de son continent) en toiture !

    detours-toits-recycles-burkina-faso2
    Les toits en tôle transforment les maisons en fournaise lors des heures les plus chaudes de la journée. Crédit photo : thempap

    Un matériau plus isolant, et plus écolo

    Face à l’explosion du volume de déchets plastique en Afrique subsaharienne, que faire ? Les récupérer, ok. Les recycler, oui, mais pour en faire quoi ? Le jeune entrepreneur camerounais a trouvé la réponse en constatant la chaleur épouvantable qui règne dans les maisons de Ouagadougou au Burkina Faso. La raison ? Des toits fabriqués en tôle pour la plupart. Le concept est trouvé : transformer les déchets localement et écologiquement en plaques PVC pour un résultat plus isolant et plus éco-responsable.

    « Fabriqué localement, ce matériau valorise considérablement les déchets plastiques en polyéthylène. Un mètre carré de revêtement représente environ 10 kg de plastique valorisé, soit une réduction de 9 kg équivalent CO2 de gaz à effet de serre dans la nature », explique Calvin Tiam dans un entretien à Makery.info.

    detours-toits-recycles-burkina-faso
    Crédits : Peter Dörrie

    En 2011, il rejoint l’incubateur 2IE à Ouagadougou pour imprimer en 3D et tester son revêtement à partir de déchets plastiques. C’est un succès : le matériau est 400 fois plus isolant que la tôle et le fabriquer ne produit aucun gaz polluant ! Dans la foulée, il créé son entreprise : TECO² (pour Toiture ECOlogique et ECOnomique). Il enchaine alors les présentations, les remises de prix et les encouragements venus de toute part. En France, les laboratoires Pimm des Arts et métiers Paris Tech et GFMP de Itech Lyon en France le soutiennent.

    Aujourd’hui, notre maker construit sa première usine de production et recherche des investisseurs pour développer son activité. D’ici un an, il souhaite créer 500 tonnes de son matériau pour équiper 1500 foyers…

    On lui souhaite bonne chance !

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.