Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    En fait, les burgers seraient bons contre le cancer de la peau

    Pouvoir se la péter au prochain banquet en affirmant que vous préférez le cheeseburger au saumon-aneth, on en a tous rêvé. Cette fois, vous aurez un argument de feu : la fast food repousse certain cancers, c’est démontré.

    Cadeau dans votre menu. Ça ne se voit pas en soulevant le pain aux sésames sur votre steak, ni en examinant la tâche huileuse laissée sur le sachet des frites, mais ces deux aliments contiennent une graisse nommée acide palmitique. Or, celle-ci affecte la pigmentation (donc la couleur) de la peau.

    On pourrait en priorité penser au teint hâlé de Donald Trump, mais les biologistes de l’Université de Boston ont, eux, préféré injecter ce lipide à des souris pour étudier cette propriété. Leur conclusion, c’est que pour interférer avec les pigments, l’acide palmitique agit en fait sur le gêne MC1R, celui-là même qui est concerné par les cancers de la peau. Donc, si l’on peut contrôler l’un, on peut combattre l’autre.

    Vive les roux ! Avec son nom de code digne d’un James Bond, MC1R est bien connu ; c’est le gène qui donne (ou non) la couleur rousse aux cheveux et la pâleur qui va avec. Mais on le trouve aussi en abondance chez les personnes qui passent beaucoup de temps exposées au soleil. Coquetterie ? Non, système de défense naturelle : MC1R déclenche la production de mélanine, le pigment dermatologique qui nous protège des effets dévastateurs des ultraviolets. En effet, on sait que les UV modifient directement ce gène qui, affaibli, permet aux cancers de se développer plus facilement.

    Déduction du professeur Rutao Cui et son équipe : en stimulant ce gène, on augmenterait la production de mélanine, prévenant donc l’arrivée de mélanomes. Selon lui, demain, ce n’est pas un vaccin mais un traitement préventif qui peut découler de cette découverte, en particulier pour les personnes déjà sensibles, telles les roux.

    Sauvé par un burger. Pas mal quand on sait que le mélanome représente 1% des cancers de la peau, et que l’American Cancer Society estime que 10 000 personnes risquent d’en mourir cette année. Avant d’attaquer votre menu XXL, sachez tout de même qu’on trouve aussi l’acide palmitique dans certains cookies ou dans les huiles de lotus et de coco (dont l’odeur embaume les plages et salons de bronzage). Merci qui ?

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.