Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Avec ces Bretons, déménager en vélo c’est possible

    Toutenvélo, une société de déménageurs bretons, va partout sans émettre la moindre particule de carbone et elle arrive à être 40% moins chère qu’un déménagement classique.

    Des gros bras et des gros mollets. Comme pour un déménagement classique, ça commence par une évaluation du volume à déménager et un devis. La différence : chez Toutenvélo, entreprise basée à Rennes depuis 2012 c’est qu’on se déplace en vélo-cargo. « On met peut-être un peu plus de temps au chargement, parce qu’il faut bien tout empiler et sangler pour optimiser les voyages. C’est un peu du Tetris », nous précise Olivier Girault, livreur et cogérant.

    Les remorques conçues par Toutenvélo peuvent transporter jusqu’à 300 kilos à la force des mollets, ou presque. « Jusqu’en 2015, nous n’avions pas de vélo électrique. Maintenant on est équipé d’une flotte entièrement électrisée, ce qui nous fait gagner en confort, en rentabilité et en rapidité. »

    Comme sur des roulettes. Pour des distances de moins de 10 kilomètres en centre-ville, le vélo est plus pertinent. « C’est beaucoup plus fluide, explique Olivier. Une voiture va vite être bloquée parce qu’une rue est en sens unique, ou trop petite, ou qu’il y a des plots ou des travaux. » La bicyclette a aussi l’avantage de pouvoir se garer juste devant votre porte et ne pas boucher une rue. Autre argument majeur, la société affiche un prix 40 % moins élevé qu’un déménagement traditionnel. Le tout sans pollution, qu’elle soit aérienne ou sonore. Vos nouveaux voisins vous diront merci.

    Canada, Bretagne, Normandie… « Jérôme, l’un des cofondateurs, a fait un stage chez Myette au Québec, qui fait du déménagement en vélo. Il a voulu ramener cette idée en France, c’était en 2009. » Depuis,« ça tourne et ça fait des petits », se réjouit Olivier.  La SCOP Toutenvélo compte aujourd’hui des freechises (franchises gratuites) à Rouen, Caen et Grenoble. « Nous souhaitions partager notre savoir-faire. Mais ne connaissant pas toutes les régions, il valait mieux laisser cette partie à des gens qui connaissent bien leur territoire. » 

    Avec une centaine de déménagements par an, le concept évolue tranquillement. Même si cela prend du temps, Olivier est optimiste : « Nous serons contents quand on passera avec une remorque chargée, et que les gens ne détourneront plus le regard. Ça voudra dire que le transport à vélo d’objets lourds et encombrants sera rentré dans les mœurs»

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.