" layout="nodisplay"> "Bonne" nouvelle : en 2022, prendre l'autoroute coutera encore plus cher
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Insolite / “Bonne” nouvelle : en 2022, prendre l’autoroute coutera encore plus cher
“Bonne” nouvelle : en 2022, prendre l’autoroute coutera encore plus cher
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  01/02/2022 16:40
"Bonne" nouvelle : en 2022, prendre l'autoroute coutera encore plus cher

Mauvais timing : le prix du ticket d’autoroute vient de grimper de 2 % alors que les prix à la pompe ne baissent toujours pas.

Pareil ou pire ? Chaque année, le mois de février est celui des hausses de prix chez les sociétés d’autoroute. C’est même prévu dans les contrats de concession qui encadrent leurs tarifs : une réévaluation annuelle basée sur l’indice des prix national est rebasculée par le concessionnaire en février. Normal, donc. Sauf que, si l’an dernier cela représentait entre +0,37% et +0,44 %, cette année la hausse moyenne est de +2 %.

Dans le détail, l’APRR (Est et Rhône) monte ses prix de 2,05 %, la SANEF (Nord et Est) de 1,91 %, Cofiroute (centre-ouest) augmente d’1,89% et l’AREA de 2,06 %, la hausse atteint même +2,19 % chez ASF (Sud de la France)…

Désormais, faire Paris-Lyon en voiture sur l’A6 passe de 35,80 € à 36,50 € pour les 457 kilomètres.

La goutte, le vase… La hausse était attendue et invisible au quotidien. Mais le problème c’est que l’inflation bat des records ces jours-ci. En 2021, la hausse des prix a atteint 1,6 %, un niveau inégalé depuis 2018. Ajoutez à cela la flambée des carburants à la pompe et la crainte de ne plus pouvoir circuler en ville sans passer à l’électrique et cette hausse est de trop pour certains automobilistes qui n’ont pas d’alternative. On reparle de la nationalisation des autoroutes et 40 Millions d’Automobilistes appellel’État à dénoncer les contrats de concession“… Que faire ?

Un beau geste. Vinci, qui possède plusieurs de ces sociétés, a annoncé que sur deux tiers des tronçons de desserte locale (des sections de moins de 50 kilomètres), les prix ne bougeront pas. Ceci afin de ne pas reporter les trajets des pendulaires (automobilistes se rendant à leur travail) sur le réseau secondaire, ce qui accentuerait les bouchons.

De son côté le gouvernement a annoncé qu’il n’empêcherait pas cette hausse. D’une part parce qu’elle est légitime, mais surtout parce que le gel qu’avait obtenu en 2015 Ségolène Royal, alors ministre de l’Ecologie, avait eu pour effet de différer les hausses sur les années suivantes… Un calcul malin, car le cours du carburant n’est pas prêt de baisser avant plusieurs années. Consolons-nous en se disant qu’il vaut mieux une hausse nette en 2022 que de sentir l’addition augmenter année après année. Et si c’est encore trop salé, vous pouvez toujours penser à partager la note en covoiturage.

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !