BlaBlaCar fête ses 15 ans : retour sur l'improbable succès du covoiturage
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
L'EASY MOBILITY CHALLENGE EST DE RETOUR, DECOUVREZ LES START-UP EN COMPETITION ICI
Detour
BlaBlaCar fête ses 15 ans : retour sur l’improbable succès du covoiturage
Robin Ecoeur |  25/10/2021 10:29
BlaBlaCar fête ses 15 ans : retour sur l'improbable succès du covoiturage

Depuis son lancement en 2006, BlaBlaCar, le leader mondial du covoiturage, a fait voyager la Terre entière à petit prix. Et voici comment une galère de transport a donné naissance à un nouvel usage, et à 100 millions d’utilisateurs dans le monde.

Il était une fois… À la fin des années 90, Frédéric Mazzella, l’un des fondateurs de BlaBlaCar, est aux États-Unis, plus précisément à l’université de Stanford. L’étudiant en informatique travaille également pour la NASA afin de payer ses études. Tous les matins, pour se rendre sur le campus, il réalise le trajet avec d’autres étudiants, et emprunte alors des voies réservées à ceux qui font du covoiturage (les « carpool lanes »), moins fréquentées et donc moins congestionnées.

Après ses études, en 2003, le jeune homme vit à Paris et s’apprête à rentrer chez lui pour les fêtes de Noël, en Vendée. Le hic ? Il n’y a plus de places disponibles en train. Frédéric finit par faire la route en voiture avec sa petite sœur qui fera l’aller-retour pour venir le chercher. Entre temps, l’entrepreneur en herbe imagine les contours de ce qui deviendra d’abord Comuto, puis BlaBlaCar en 2011, c’est-à-dire un site en ligne où des conducteurs pourraient proposer des trajets à des utilisateurs désireux de se déplacer à moindre coût. « Je me suis dit : les trains sont pleins, les voitures sont vides. Il y a moyen de faire un truc qui, en plus, éviterait le gaspillage que je déteste », explique Frédéric au Monde en 2012.

500 000 trajets durant l’été. En 2006, Frédéric rachète le nom de domaine « covoiturage.fr » et se forme au business à l’Institut européen d’administration des affaires (l’INSEAD). Les choses s’accélèrent à partir de 2007, quand le projet devient une vraie startup. Comuto (l’ancien nom de BlaBlaCar) lance un premier service en octobre 2007, mais le covoiturage ne décolle pas du jour au lendemain (15 000 trajets en 2007). En 2008, plusieurs fonctionnalités, comme le portrait des conducteurs, la messagerie sécurisée et le système d’avis viennent étoffer le site.

En 2009, une application sur mobile est créée. Petit à petit, le covoiturage entre dans les usages. Les médias en parlent et la pratique, plébiscitée par les étudiants fauchés dans un premier temps, séduit les retraités, les cadres et les touristes. « Au-delà de l’intérêt financier, les préoccupations environnementales et Internet ont également changé la donne » écrit Le Parisien dans un article en 2009. L’année suivante, Comuto franchit les 500 000 membres et les 10 millions de vues par mois sur son site internet. Pour comparer à 2007 (15 000 trajets sur l’année), en 2010, 500 000 covoiturages sont organisés pendant l’été.

Merci les grèves. Pour Frédéric, considéré comme « la plus grande star française de l’Internet » par Xavier Niel, l’année 2011 est à marquer au fer rouge. Le nom BlaBlaCar est lancé et le million de membres est atteint. La machine du covoiturage est en marche, et rien ne semble pouvoir arrêter sa croissance. L’entreprise s’impose dans plusieurs pays (Espagne, Allemagne, Angleterre, Pologne, etc.), ouvre des bureaux un peu partout en Europe et le covoiturage devient un mode de transport extrêmement usité, notamment lors des vacances. En 2013, 3 millions de covoitureurs sont inscrits sur BlaBlaCar en France. Et dans son développement, les grèves SNCF sont un coup de pouce de taille pour la startup.

En 2014, une grève des cheminots renvoie les usagers vers d’autres modes de transport, dont le covoiturage, en plein boom. Même son de cloche en 2018 lors de la grève record des cheminots (d’avril à juin), qui a permis à la nouvelle licorne française de devenir rentable pour la première fois. 50 millions de passagers voyagent grâce à BlaBlaCar dans le monde en 2018, « soit une croissance de 40% de son activité par rapport à 2017 », écrit Business Insider.

Le covoiturage, une solution pratique. Même si certains déploiements à l’international ont été ratés, BlaBlaCar est l’une des entreprises françaises les plus cotées au monde. L’application compte depuis peu 100 millions de membres dans le monde (dans 22 pays au total), permet d’économiser 1,6 million de tonnes de CO2 par an et elle génère 120 millions de rencontres humaines par an, selon des chiffres avancés par Les Échos.

Des chiffres impressionnants qui ont été plombés par la crise sanitaire (une baisse de 30% de son activité en 2020), mais qui devraient continuer de grimper. Récemment, la hausse du prix du carburant en France a généré 40 000 nouveaux inscrits par semaine en France, toujours selon Le Parisien. Avec une couverture vaccinale forte en hexagone, le retour en force du covoiturage est une réalité. Mais surtout, cette pratique n’est plus réservée aux voitures : bateaux, avions, pour aller voir un match de foot ou pour se faire livrer ses courses : le covoiturage fait partie de notre quotidien. Et il aura fallu des trains bondés pour déclencher l’étincelle.

Notre entretien avec Frédéric Mazzella est à regarder ci-dessous.

Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !