La bière serait le remède parfait contre l'obésité et le diabète
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
La bière serait le remède parfait contre l’obésité et le diabète
Mehdi Karam |  23.02.2018
La bière serait le remède parfait contre l'obésité et le diabète

Le houblon, ingrédient principal de la bière, contient du Xanthohumol. Une fois modifié, ce composé chimique pourrait, selon des chercheurs américains, être efficace dans la lutte contre l’obésité, l’hypertension artérielle et le diabète.

Les Français, ces sacrés buveurs. Pour ainsi dire, l’hexagone est le huitième consommateur mondial de bière, avec 32 litres bus par habitant chaque année, selon l’AFP. Ce n’est pourtant pas faute de répéter que l’alcool est à consommer avec modération.

À 8 305 kilomètres de Paris, dans l’État de l’Oregon aux États-Unis, la bière coule moins. Ce des suites de l’usage récréatif du cannabis en 2015, qui a directement causé une baisse de 15% de la consommation d’alcool. Pourtant, les chercheurs locaux s’intéressent toujours aux bienfaits (et méfaits) de la bibine. Et ils viennent de faire une découverte d’ampleur : le Xanthohumol, flavonoïde (composé chimique) présent dans le houblon, pourrait jouer un rôle important dans le combat contre de dangereuses maladies cardiovasculaires.

Santé (au sens propre). Le but des scientifiques de l’université d’État de l’Oregon était, comme ils l’ont expliqué le 12 janvier dans la revue Scientific Reports, d’étudier l’impact de la bière sur un organisme atteint d’obésité, d’hypertension artérielle et de diabète. Ils ont alors gavé des souris à la mode occidentale en leur proposant des lipides, des lipides et encore des lipides — composants clés de la malbouffe généralement responsables des maladies citées ci-dessus.

Parmi l’équipe de rongeurs, certains avaient auparavant ingéré des dérivés du Xanthohumol. Une fois le festin englouti, ceux-ci semblaient moins sujets au diabète de type 2 et semblaient même avoir développé une insensibilité à la leptine, hormone responsable de la sensation de faim intempestive — et du grignotage.

Le Xanthonumol, ce vieil ami. Si son efficacité est avérée, l’ingérer sous sa forme basique peut également présenter des effets secondaires indésirables, comme une activité œstrogénique. En d’autres termes, il peut favoriser le développement de seins chez les hommes. En le modifiant chimiquement sous forme de deux composés hydrogénés, les scientifiques ont réussi à garder les bienfaits du Xanthonumol tout en lui ôtant la contrepartie mammaire.

Prochaine étape : parvenir à mettre au point un traitement.

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire