Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Bienvenue dans la première boîte de nuit où l’on entre en voiture

    Dubaï, c’est LE pays des voitures de luxe et vous voudriez la laisser sur le parking ? Non, dans ce club, votre supercar vous suit sur le dancefloor.

    Le pays des voitures. Cela peut sembler paradoxal mais à Dubaï, si l’on peut voler en jetpack et en moto-drone, le must du classe reste la voiture. Une de ces supercars dont les lignes en fibre de carbone filent des frissons (à votre banquier déjà). On peut même y pimper sa plaque d’immatriculation. Alors quand le dernier club hype de la ville promet d’être « l’incarnation de la fête dans le luxe », obligé, il fait une place spéciale pour ces bijoux.

    Être le roi. Le Secret Room a ouvert fin septembre sous l’hôtel de luxe Palm Jumeirah. Pour y entrer, comme son nom le suggère, il faut déjà le trouver, planqué au fond d’un passage secret couvert de graffitis crados. Sonnez à la porte et un physio prendra votre empreinte digitale. Relax, elle n’est pas obligatoire mais elle permet aux guests VIP de rentrer instantanément, n’importe quel jour et à toute heure.

    À l’intérieur, un décor digne de Versailles avec chandeliers, moulures et sculptures dorées. Mais si vous voulez être le roi de la night, le Secret Room vous propose d’entrer au volant de votre carrosse.

    Show must go… in. Pour 2400 euros l’entrée environ (10 000 dirham des Émirats) on peut y entrer directement depuis le parking, au volant de sa supercar. La boîte en fait tout un show : une hôtesse vous ouvrira la grande porte qui mène jusqu’au centre du club. Aucun risque de se faire voler la vedette par le premier venu en Bugatti Chiron quand vous n’avez qu’une McLaren : la boîte n’accepte qu’une seule voiture à la fois.

    Votre quart d’heure de gloire vous coûtera 2400 euros, mais tout le staff deviendra votre cour.

    Quinze minutes plus tard, une fois les selfies faits et les paparazzi épuisés, un valet viendra la chercher dans le carré VIP, et la conduira dehors (pour que vous ne vous ridiculisiez pas en rayant la peinture) sous les applaudissements de toute l’équipe. Cher et vain ? Sans doute mais quitte à devoir payer pour entrer quelque part, voilà une attention qu’on aimerait ressentir quand on passe les portiques des péages urbains et d’autoroute par exemple.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.