Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Chez Zoobrew, on sauve des animaux en produisant de la bière

    À juste 31 ans, deux fans de houblon se sont lancés dans l’aventure de la bière artisanale et viennent d’ouvrir leur brasserie. La mission de ZooBrew est double : expérimenter de nouvelles saveurs et agir pour sauver l’habitat d’espèces en danger.

    Pas des lapins de six semaines. Avant de se lancer sur la piste des « craft beers » et ouvrir leur propre brasserie, Jean-Baptiste et Numa ont un long CV derrière eux. Le premier a un DUT en industries alimentaires. Avant d’exercer dans plusieurs pays, il a obtenu son diplôme de brasseur à Édimbourg. Justement rencontré en Écosse, son compère a beau être ingé son de formation, il est tombé dans la marmite lors de sa résidence en Nouvelle-Zélande.

    Ensemble, les vingtenaires voyagent dans les pays où la bière est une culture et font de beaux projets avant de se jeter à l’eau (sic) : ZooBrew, la brasserie animale est née.

    La ménagerie ne s’est pas ménagée. Après avoir déniché un entrepôt dans l’agglomération de Montpellier, ils le retapent pendant six mois, creusent des évacuations, montent une chaudière pour l’indispensable vapeur et y installent leurs cuves (de 20 hectolitres). Ouverte en juin 2017, la brasserie est opérationnelle, réalise seule sa mise en fût et en bouteilles, et accueille même un petit débit de boisson. Six bières ont déjà vu le jour, toutes surprenantes (blanche salée ou IPA poivrée…) comme le souhaitent les deux beer-geeks qui veulent réveiller les papilles et faire oublier les bières blondes à papa.

    Pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, la paire a ouvert une collecte de fonds sur Kisskissbankbank car il leur manque quelques appareils de mesure qui permettraient de limiter les pertes et le gaspillage, en optimisant les arômes du houblon utilisé. Un investissement responsable et non négligeable, car on parle ici de réduire à seulement 20 litres l’eau rejetée au lieu des 200 litres actuellement… Et ce n’est pas leur seul geste pour la planète.

    Le houblon fait la force. Si toutes ses bouteilles portent des noms d’animaux, c’est parce que ZooBrew veut sensibiliser les buveurs aux espèces menacées. On y découvre par exemple que les orangs-outans de Sumatra et Bornéo sont sans domicile depuis que leurs parcelles de forêt ont été rasées par des industriels, et on salue le condor de Californie réintroduit et sauvé par le zoo de San Diego. Numa et JB veulent soutenir ces associations de protection des animaux, chacun s’investissant auprès d’une de son choix avec le financement de la brasserie.

    Première action prise, une « adoption sponsorisée » d’un bébé singe sur The Orangutan Project. D’ici trois ans, ils s’engagent également à participer au fonds « 1% pour la planète » avec leurs bénéfices. De telles conviction ont de quoi attendrir. Cela va être dur de lever le coude avec modération…

    Les valeurs et leurs belles étiquettes sont à retrouver par là : zoobrew.fr

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.