Besoin d'un bateau ? Ces Américains vous l'impriment en seulement 3 jours
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Besoin d’un bateau ? Ces Américains vous l’impriment en seulement 3 jours
Hilaire Picault |  23.10.2019
Besoin d'un bateau ? Ces Américains vous l'impriment en seulement 3 jours

Pour démontrer l’efficacité de la plus grande imprimante 3D du monde, des universitaires s’en sont servi pour fabriquer un patrouilleur de plus de 7 mètres de long.

Unique sur les sept mers. Le 10 octobre dernier, dans le bassin de test de l’université du Maine, une bouteille de champagne est venue s’éclater sur la coque du 3Dirigo, suivant la célèbre tradition de baptême nautique. Censé démontrer la résistance du navire, ce geste avait une portée spéciale car la coque de cet esquif est une première mondiale. Elle a été réalisée en polymère sur l’imprimante 3D de l’UMaine, une machine unique en son genre par sa taille et son débit, qui a permis de créer d’une seule pièce ce patrouilleur de 7,62 mètres de long et 2268 kilos.

Fabrication (Guinness) record. Pour reprendre la blague du directeur du centre qui l’a créé : « C’est du lourd. À coup sûr, le jour le plus important de cette université depuis que Stephen King s’y est inscrit en 1965. » Outre ses dimensions, la performance se fait aussi les yeux sur le chronomètre. Traditionnellement, la fabrication d’un tel bateau prendrait des mois. En utilisant l’impression additive elle n’a durée que 3 jours.

Testé dans le bassin à remous, le 3Dirigo a résisté aux vagues et aux vents, rapportant à l’université trois records dans le Guinness Book dont le plus grand objet imprimé au monde. Une fierté qui, tel l’arbre du proverbe, cache une forêt plus ambitieuse.

Toucher du bois. L’UMaine a conçu un biomatériau composite mélangeant des thermoplastiques et des fibres de cellulose issues de l’industrie forestière locale. Le sénateur Angus King le rappelait lors du baptême : « Le Maine est l’État le plus largement recouvert de forêt du pays et nous possédons désormais une imprimante assez massive pour bénéficier de cette abondante ressource. » L’université a bénéficié d’une subvention de 20 millions de dollars pour arriver à ses fins et a signé un partenariat avec l’armée américaine pour développer des abris imprimés légers, durables et recyclables. Que dire de plus sinon qu’après une maison ou un pont, l’impression 3D envoie du bois ?

bateau Impression 3D

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire