Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Ce Belge veut révolutionner le transport de marchandises grâce aux dirigeables

    Plus vert et plus économique, le vieux Zeppelin revient sur le devant de la scène du fret grâce à nos voisins belges.

    De nouveaux voyages en ballons. Il y a cinq ans, l’homme d’affaires belge Laurent Minguet créait la société FlyWin, avec objectif de développer le transport de marchandises par ballon. Une idée plutôt originale (surtout quand on sait que ce mode de transport était en vogue voilà presque un siècle) mais qui présenterait deux avantages non négligeables : faire transiter le fret via un mode de transport plus propre, et libérer les axes routiers (moins de camions sur la route) ou maritimes (moins de cargos pollueurs).

    Un coût trois fois inférieur à celui d’un A320.

    UPS à l’hélium. D’une taille de 80 mètres de long avec une vitesse de croisière de 120 km/h, le ballon de FlyWin se différencierait des anciens modèles par le choix du carburant. Oubliez l’hélium, ici on gonflerait à l’hydrogène ; un carburant abondant et facile à produire par électrolyse. Selon le chef du projet Nicolas Caeymaex, contacté pour l’occasion, « il s’agit d’exhumer le dirigeable historique pour le « droniser » avec la technologie actuelle ». Le projet financé par la région Wallonne à hauteur d’un million d’euros a tous les atouts écologiques pour faire pâlir d’envie les concurrents aériens.

    Décollage d’ici huit ans. Le dirigeable, plus léger que l’air, se distinguerait d’un avion, toujours lesté par le kérosène qu’il embarque. Le transport de fret par dirigeable coûterait 7 centimes par tonne au kilomètre contre une moyenne de 22 centimes pour l’avion. Un coût trois fois inférieur à celui d’un A320, en somme. M. Caeymaex explique que la société songe même à utiliser l’hydrogène comme pile à combustible pour la propulsion de ses moteurs. Le but de FlyWin : transporter 20 tonnes de fret sur 6500 kilomètres, soit la distance qui sépare Bruxelles de Chicago, grâce à une flottille qui décollerait d’ici 2027.

    Un démonstrateur technologique a été construit non loin de Louvain-la-Neuve en Belgique pour tester toutes les possibilités. Suite à l’obtention des autorisations requises, un vol motorisé a été planifié par l’entreprise pour les prochains mois à venir. Modèle pas si réduit que ça, puisqu’il mesure 15 mètres de long, pour environ 125 kilos. À moins qu’il ne s’agisse d’une blague belge, on se dit rendez-vous dans huit ans.

    Crédit photo: Colin Delfosse pour Lecho.be

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Les bons plans de Détours

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.