Bad trip pour les fumeurs : un éthylotest à weed bientôt sur le marché
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Bad trip pour les fumeurs : un éthylotest à weed bientôt sur le marché
Hilaire Picault |  5 jours
Bad trip pour les fumeurs : un éthylotest à weed bientôt sur le marché

Une société américaine a conçu un appareil qui repère le cannabis dans l’haleine. Ce n’est qu’une question de temps avant que la police s’en équipe.

Partir enfumé. Aussi surprenant que ça puisse paraître, il n’existe toujours pas d’appareil permettant de mesurer le taux de THC (principe actif du cannabis) dans l’air expiré, comme on le mesure pour l’alcool. Il n’y a pourtant aucun doute sur le fait que le cannabis altère la capacité à conduire. En fumer affecte l’appréciation des distances et allonge le temps de réaction. Au point qu’en 2016, la sécurité routière notait que 20% des moins de 35 ans impliqués dans un accident mortel avaient consommé au moins un stupéfiant. Hélas, la tendance s’est encore aggravée.

Que dit la loi ? La conduite sous l’emprise de stupéfiant était déjà sanctionnée d’une amende pouvant aller jusqu’à 4500 euros, d’un retrait de 6 points assorti d’une suspension de permis. Depuis la « loi Marilou » de 2002 (nommée en souvenir d’un enfant mort face à un conducteur intoxiqué) s’y ajoute une peine d’emprisonnement de 2 ans maximum. Le problème pour la police est plutôt côté dépistage.

Actuellement, les tests réalisés par la gendarmerie utilisent la salive et ne peuvent être réalisés qu’après soupçons, donc après un accident. Au cas où ils sont positifs, ils nécessitent une prise de sang plus précise, car un conducteur ne peut être inculpé de conduite sous l’emprise du cannabis si son taux de THC mesuré dépasse 1 ng/ml. Or les appareils actuels n’y arrivent pas.

Positif 3 heures après un joint. Toutes les polices du monde attendent un test de dépistage pour l’haleine. Plus rapide et moins invasif, il permettrait d’éviter des accidents. Problème : dans l’air expiré la présence de la molécule est infime. Il faut donc un appareil monstrueusement plus précis. Des chercheurs américains de Hound Labs y sont visiblement arrivés. Des essais, menés par l’université de Californie, ont conclu que leur éthylotest était capable de détecter des molécules d’1 picogramme de THC (onze zéros après la virgule) dans un litre d’air expiré. L’appareil de Hound Labs détermine si une personne a fumé de la marijuana jusqu’à 3 heures auparavant.

« Nous sommes ravis d’inaugurer une nouvelle ère de tests de dépistage de drogues plus significatifs et plus équitables », a déclaré le PDG Mike Lynn alors que Hound Labs a levé des fonds pour lancer la production en série de son appareil. C’est d’autant plus urgent aux États-Unis où de nombreux États ont légalisé l’usage médical ou récréatif. La France se croyait protégée puisque l’usage et la possession de cannabis sont interdits. Pourtant le cocktail alcool et marijuana y fait des ravages, en particulier chez les plus jeunes.

Cannabis Ethylomètre

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire