Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Avion ou voiture ? Ce véhicule fait les deux

    Le modèle Liberty de la société PAL-V devrait débarquer dès l’année prochaine en série limitée à 90 exemplaires.

    En fait, pourquoi choisir ? Le concept des voitures volantes fait rêver. Mais la plupart des modèles sont, en réalité, des petits avions incapables de rouler sur terre. Pour palier ce problème, les Néerlandais de Pal-V ont présenté au Salon de Genève la Liberty, un véhicule volant à mi-chemin entre une voiture et un autogire. « Très peu de compagnies travaillent sur une vraie voiture volante : un véhicule qui peut à la fois rouler et voler, idéal pour se déplacer d’une ville à l’autre », annonce l’ingénieur en chef Mike Stekelenburg. Sur le papier, l’engin donne des ailes : déplié, il peut donc s’envoler dans les airs et une fois sur la terre ferme, les ailes se rangent pour devenir une voiture. Selon Le Point, ce bolide pourra atteindre 160 km/h sur terre, et 180 km/h en l’air.

    7 ans de tests. Toute la difficulté était donc de combiner les deux engins en un seul. « Le principe de l’autogire nous offre non seulement une voiture volante sûre et facile à utiliser, mais nous permet également de la rendre compacte et respectant la réglementation existante, facteur le plus important pour construire un véhicule volant utilisable » explique Mike Stekelenburg. Depuis 2012 à la base aérienne de Gilze-Rijen au sud des Pays-Bas, Pal-V teste sa voiture volante. Elle devrait donc décoller dès l’année prochaine.

    Devenir un pilote. Mais ne croyez pas qu’avec un simple permis B, vous allez pouvoir vous éclater dans les airs. Pour voler, indique le site, il faut les qualifications nécessaires, un brevet de pilote et s’assurer de pouvoir vous insérer dans le trafic aérien et d’établir des communications radios. On ne peut évidemment pas décoller ou atterrir n’importe où (même si, apparemment, dans l’une de leurs vidéos, c’est possible).

    Il faudra encore attendre pour savoir quelles seront les conditions exactes pour utiliser cet engin et comment la loi encadrera le trafic des voitures volantes. Il se pourrait bien que, finalement, on ne soit que des passagers dans ces véhicules contrôlés par des pilotes ou un système autonome. Cela serait évidemment le plus sûr pour tout le monde, et éviterait par la même occasion de devoir passer son brevet de pilote…

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Les bons plans de Détours

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.