Avec le boom du télétravail, le pass Navigo est-il encore rentable ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Avec le boom du télétravail, le pass Navigo est-il encore rentable ?
Nicolas Vanel |  05/09/2021 17:29
Avec le boom du télétravail, le pass Navigo est-il encore rentable ?

Face à la généralisation du télétravail, les abonnements de transport mensuels ou annuels Navigo en Île-de-France perdent de leur attractivité.

Génération à la maison. C’est l’un des bouleversements sans doute durables de la crise sanitaire : la généralisation du télétravail. Selon les Agences nationales et régionales pour l’amélioration des conditions de travail (ANARCT), dépendantes du ministère du Travail, plus de la moitié des salariés souhaitent l’instauration d’au moins un à deux jours de télétravail par semaine. Une tendance que confirment les différentes enquêtes d’opinion sur le sujet. Dans ce contexte, et alors que nombre d’entreprises répondent d’ores et déjà à cette attente, les habitudes en matière de transport évoluent. Dès lors, quel avenir pour les abonnements du type Navigo en Île-de-France quand son usage tend à se réduire drastiquement ?

Les ventes d’abonnements annuels ont ainsi baissé de 20% et les mensuels de 40% depuis le début de l’année, selon les chiffres enregistrés début juin. Il faut dire que sur la base de deux jours télétravaillés par semaine, le seuil de rentabilité d’un pass mensuel augmente très nettement. Comptez un peu plus de quatre trajets quotidiens domicile-travail, contre près de deux et demi à plein temps au bureau, pour rentrer dans vos frais.

Pour bon nombre d’usagers, le choix devrait être vite fait et il devrait se porter sur le Navigo Liberté+, mis en place depuis 2019. Une solution souple qui permet aux usagers des transports parisiens de ne payer que les trajets effectués sur la base d’un tarif unique de 1,49 €, hors déplacements de longues distances. En outre, le tarif est plafonné à 7,50 € quotidiennement même si vous dépassez cinq trajets sur la journée. Et c’est bien sur cette carte que l’opérateur des transports franciliens compte s’appuyer pour adapter son offre au changement d’habitudes lié à la crise sanitaire.

À la différence de la SNCF, qui vient de lancer un abonnement télétravail – passant, sous conditions, le nombre de trajets annuels à 250, contre 450 pour son offre existante -, Île-de-France Mobilités, en charge des titres de transport franciliens, n’entend pour l’instant pas créer d’offre spéciale télétravail.

Transports en commun

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !