Avec la crise, les parkings partagés poussent comme des champignons
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Avec la crise, les parkings partagés poussent comme des champignons
Robin Ecoeur |  13/04/2021 10:32
Avec la crise, les parkings partagés poussent comme des champignons

Plusieurs sociétés, comme Zenpark ou Mobypark, proposent des places de parkings privés aux automobilistes frustrés de tourner en rond pour se garer. Une tendance de fond, partout en France.

Parking à louer, faire offre. Voici le constat : il y a de moins en moins de places pour se garer en ville, et le prix des parkings publics décourage certains automobilistes. Le paradoxe, c’est que dans les immeubles, les écoles, les hôtels ou les entreprises, des places sont libres, mais très souvent réservées aux personnes qui y travaillent ou y habitent. Il y a donc des places libres, mais inaccessibles. Enfin, plus maintenant. Des startups ont vite compris qu’elles avaient là une carte à jouer. Elles s’appellent Zenpark, Mobypark ou encore Yespark, et toutes se sont lancées dans les parkings partagés.

Ce concept consiste à louer des places de parkings privés à des automobilistes en recherche d’un emplacement où se garer, à un prix inférieur aux parkings publics. Les bailleurs peuvent être des particuliers (une personne qui possède une place dans son immeuble qu’il n’occupe pas par exemple, ou seulement le soir et la nuit), des entreprises ou des établissements (hôtels, écoles, résidences étudiantes, etc.).

Presque 3 fois moins cher. Par exemple Zenpark, fondée en 2011, est présente dans 200 villes en France et en Belgique. Via une application mobile, on peut sélectionner sa ville et réserver une place, que ce soit pour faire une course rapidement ou pour laisser sa voiture un week-end entier, voire une semaine complète. Le conducteur indique la taille de son véhicule (deux-roues ou camionnette par exemple) et peut choisir la place qui lui convient le mieux en fonction des disponibilités. À Nantes, en centre-ville, le prix à l’heure d’une place dans un parking « en ouvrage » s’élève à 2, 80 euros. Via Zenpark, le tarif à l’heure tourne autour de 1 euro.

Le paiement comme l’accès au parking se fait grâce à son smartphone (il peut servir de badge pour accéder au stationnement). Yespark propose uniquement des forfaits au mois. Quant à Mobypark, la start-up est implantée dans plusieurs villes d’Europe, comme Milan, Madrid ou encore Amsterdam.

https://twitter.com/MobyParkFR/status/1346735792878735360

Le partage, c’est l’avenir. Au-delà de l’aspect financier avantageux, les parkings partagés peuvent être une solution dans les villes où les maires prévoient de supprimer des emplacements pour se garer. C’est le cas à Paris, à Bruxelles ou encore à Amsterdam, qui veulent toutes redonner de l’air aux piétons en supprimant des places de parking en voirie. Les emplacements privés, et non-utilisés, deviennent ainsi une ressource rare et prisée pour les automobilistes en ville. Les start-ups peuvent donc tirer profit de cette situation, surtout que depuis décembre 2020, la réglementation sur les parkings partagés a évolué pour être inscrite officiellement dans la loi. Tout est réuni pour que des bailleurs se mettent à louer leur place libre, par exemple en journée, afin de combler le manque à venir. À chaque problème, une solution. 

Application Mobilité partagée Parking Stationnement voiture

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !