Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    De la limitation à 80km/h à la voiture autonome, tout ce qu’on sait sur la loi mobilité

    Le gouvernement veut booster les entreprises de pointe dans le domaine de la mobilité. Double bonne nouvelle, les Français vont y gagner aussi grâce à des services numériques pointus pour les accompagner au quotidien.

    La France en pole position. De la limitation à 80km/h sur les routes secondaires au grand plan pour basculer dans l’ère de la voiture autonome, le gouvernement a clairement décidé de placer la mobilité au centre de ses combats. Pierre après pierre, Emmanuel Macron et Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, construisent le futur projet de loi d’Orientation des Mobilités (LOM).

    À l’occasion du Salon Européen de la Mobilité qui se tenait mi-juin à Paris, la ministre a présenté un nouveau volet de cet édifice avec le plan « Libérer l’innovation au service des mobilités ». Le discours d’Élisabeth Borne est assez logique : « Les nouveaux outils technologiques et numériques permettent de se déplacer de façon plus simple, plus durable, plus pratique, plus sûre. La France dispose de tous les atouts nécessaires au développement de l’innovation dans les mobilités. »

    Plus de données pour mieux choisir son transport. Du coup, le gouvernement entend préparer le terrain pour favoriser l’émergence des champions de la mobilité de demain ; un domaine où la France tient déjà plutôt le haut du pavé. On pense par exemple aux navettes autonomes Navya. L’entreprise lyonnaise s’est imposée comme le leader mondial et prépare même son entrée en bourse. Ouverture des données de mobilité, assouplissement des contraintes législatives et subventions pour les entreprises sont ainsi à l’ordre du jour de ce plan.

    L’autre bonne nouvelle, c’est que les usagers vont aussi en profiter. L’État prévoit des mesures à destination des Français comme des applications mobiles comparant les modes de déplacements disponibles (transports en commun, vélo et autopartage, taxi, etc.) selon des critères qu’on présume économiques et écologiques. Il est aussi prévu que de nouvelles plateformes de mobilité (covoiturage, autopartage…) soient mises en place. Surtout, d’ici la fin du quinquennat, chacun sera normalement en mesure de s’offrir sa première voiture autonome. Avec des incitations de type primes à la clé ? On a le droit de rêver.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.