Au fait, les voitures autonomes, elles arrivent quand en France ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Au fait, les voitures autonomes, elles arrivent quand en France ?
Mathias Deshours |  29.08.2019
Au fait, les voitures autonomes, elles arrivent quand en France ?

Ils sont à l’essai sur les routes américaines, mais où en sont les véhicules autonomes ici ?

Echéance 2022. L’an dernier, c’est Emmanuel Macron en personne qui se chargeait de l’annonce : « d’ici 2022, la France sera dotée d’un cadre de régulation permettant la circulation des véhicules autonomes ». Depuis, si son développement a été inscrit dans la Loi d’orientation des mobilités (adoptée mais dont une nouvelle lecture à l’Assemblée nationale est prévue en septembre) et que la loi PACTE facilite son expérimentation sur les routes, la voiture autonome progresse pourtant plus que doucement.

Un calendrier optimiste. Actuellement, les niveaux 1 (régulateur de vitesse et maintien dans une voie) et 2 (le niveau 1 ainsi qu’un système de dépassement automatisé et une aide au stationnement) sont autorisés sur nos routes. Les véhicules de niveau 3 (autonomie conditionnelle avec contrôle du conducteur), quant à eux, sont annoncés ici pour 2020.

Un optimisme du calendrier qui pousse néanmoins certains constructeurs à afficher ouvertement leur scepticisme. C’est l’accident mortel d’un piéton rentré en collision avec un véhicule autonome Uber lors d’un test qui avait commencé à refroidir les ardeurs de plusieurs acteurs du secteur. Aussi en cause, le saut technologique entre le niveau 3 déjà maitrisé et les niveaux 4 (où la voiture prend totalement le contrôle de la conduite – sur certaines routes seulement) et 5 (autonomie complète, le véhicule n’a plus besoin de conducteurs) trop important. Pourtant, le gouvernement espérait l’an dernier mettre sur les routes des véhicules autonomes de niveau 4 à l’horizon 2022…

Brouillard à l’horizon. Cet été, le gouvernement a lancé une série de seize expérimentations en conditions réelles pour de petits véhicules autonomes-test sur tout le territoire (par exemple, des navettes reliant des communes isolées). Un entrain du gouvernement qui contraste avec certaines opinions, comme celle de John Krafcik, CEO de Waymo (gros acteur du secteur), qui considère que “les voitures auront besoin d’un conducteur pour de nombreuses années encore et qu’il n’envisage pas le jour où cette technologie fonctionnera par toutes conditions météorologiques“. Voilà qui ajoute un peu de brouillard aux prévisions gouvernementales. À voir en 2022 si tout roulera (sans pilote), donc.

France loi Voiture autonome

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire