Asgardia, la première nation de l'espace
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Asgardia, la première nation de l’espace
DETOURS |  01.11.2016
Asgardia, la première nation de l'espace

Un demi million de personnes ont déjà demandé à être citoyen de ce petit Etat en orbite autour de la terre

Ce projet est fou. Et les scientifiques qui l’ont imaginé aussi. L’investigateur est russe et se prénomme Igor Ashurbeyli. Derrière ce blase de Viking se cache un chef d’entreprise et homme d’affaire influent, récompensé internationalement à plusieurs reprises pour ses travaux sur la nanotechnologie et le domaine aérospatial. Le 12 octobre dernier, il dévoilait lors d’une conférence de presse à Paris son nouveau projet : monter une station spatiale qui deviendrait un nouvel “état-nation” indépendant…. Rien que ça !

Son nom ? Asgardia, dérivé d’Asgard, ville des dieux dans la mythologie nordique. Ce qui n’est pas du tout mégalo… “Selon les scientifiques qui défendent avec ardeur le projet, ce “prototype de société libre” n’est pas qu’une simple lubie : il permettrait de développer la recherche scientifique, de protéger la Terre contre d’éventuels météorites et d’installer des mines sur des astéroïdes”, assure RTL.

Flower Power

Le site Numérama rappelle le projet des pères fondateurs : “Le projet Asgardia viserait à la démocratisation de l’espace et, par conséquent, au développement de nouveaux modèles de sociétés humaines, basées sur des nouvelles lois et règlementations, en rassurant que leur nation spatiale sera construite de manière sécurisée et technologique, afin qu’elle puisse éviter tout genre de menaces, comme par exemple des collisions avec des astéroïdes ou des déchets spatiaux.” 

Devenez un citoyen d’Asgardia

Malgré la possibilité d’une collision avec un astéroïde – not cool ! – le scénario de science-fiction a en tous cas enthousiasmé les internets : sur le site de la station, le formulaire proposant de devenir un citoyen d’Asgardia a récolté plus d’un demi million de demandes en deux semaines. Un joli score qui, d’après le cerveau de toute cette histoire, “devrait permettre de “demander le statut de pays à l’ONU”. Une réelle possibilité ? Selon RTL qui a enquêté, ça semble tout de même compliqué :

“Si l’on s’en tient à sa définition large, la nation vue comme une “entité abstraite” constituée d’un peuple qui reconnaît une appartenance commune pourrait convenir au projet d’Asgardia. En revanche, la notion d’Etat, elle, poserait bien plus de problèmes : selon la définition reconnue par la communauté internationale, l’une des conditions d’existence pour un état est que ses citoyens vivent à l’intérieur de ses frontières.”

Démocratiser l’espace

Comme on ne sait pas trop quand et comment Asgardia va concrètement prendre forme – le site annonce tout de même le départ d’un premier satellite courant 2017 – du coup, on s’est concentrés sur le programme politique. Il annonce :

“Le gouvernement Asgardian sera composé de douze ministères : science, industrie, espace,  jeunesse et de éducation, intégration, information et communication, affaires étrangères, commerce et finances, sécurité et justice. Le douzième ministère doit être choisi parmi ceux proposés par la communauté Asgardia à la page Facebook officielle de la nation.Un programme très #NuitDebout version spatiale en somme, non ?

On peut participer ?

En attendant de pouvoir prendre une navette et passer un week-end pépère sur Asgardia, on peut déjà mettre la main dans le cambouis et co-construire cette nouvelle société. Sur le site de la future cité, tout le monde peut proposer un drapeau, une hymne ou un logo, grâce à une plateforme de crowdsourcing !

A Détours, on a tous fait une demande de citoyenneté (si ça vous tente aussi, cliquez ici). Et oui : Igor Ashurbeyli, l’un des initiateurs du projet, a assuré que l’un des piliers d’Asgardia serait la paix dans l’espace et la non importation des conflits terrestres, et nous, on est un peu d’humeur bisounours…

 

 

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire