Après le 11 mai, le robot-livreur va-il devenir votre meilleur ami ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Après le 11 mai, le robot-livreur va-il devenir votre meilleur ami ?
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  05/05/2020 14:42
Après le 11 mai, le robot-livreur va-il devenir votre meilleur ami ?

L’épidémie a permis à plusieurs véhicules autonomes de faire leurs preuves en conditions réelles. Pourquoi disparaitraient-ils après cela ?

La distanciation physique nous pousse à éviter les endroits les plus exigus. À commencer par le partage d’un habitacle avec un autre être humain, ce qui a pour effet de relancer l’intérêt pour les véhicules sans chauffeur. En France, la RATP teste justement les navettes autonomes de Mobileye qui font la boucle entre la gare d’Austerlitz et l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. On a vite fait d’imaginer en quoi elles pourraient se rendre indispensables ces jours-ci…

Mais tandis que l’État tarde à définir un cadre législatif autorisant les véhicules d’autonomie 4 ou 5 (véhicule se déplaçant seul, soit pour se garer, soit sur route avec les automobilistes), d’autres pays ont enfoncé la pédale récemment en lâchant du leste sur la livraison autonome.

Des masques et vous. Dans ce registre, la Chine avait de l’avance (un peu comme pour la pandémie en fait) puisqu’elle a commencé à déployer la 5G et a eu recours à nombre de robots autonomes à la fois dans ses hôpitaux et pour nettoyer ses rues. Grand gagnant de l’affaire, la navette de Neolix largement utilisée pour transporter des masques et autres fournitures médicales aux soignants de la province de Wuhan.

L’intelligence artificielle s’est montrée si efficace que le champ a été ouvert hors des enceintes des hôpitaux : ces robots-fourgonnettes ont servi à approvisionner des malades en médicaments et à livrer des repas. Alibaba (l’Amazon chinois) a d’ores et déjà signé des accords pour déployer une centaine de ces robots-livreurs de colis. Les estafettes de La Poste ont de quoi se faire du souci.

Cocoricovid. De l’autre côté de l’océan, les États-Unis ne sont pas en reste, et — chauvinistes levez-vous — c’est grâce à la France. Si le véhicule autonome de la startup française Navya s’était jusqu’ici surtout fait remarquer à Las Vegas, l’épidémie a changé son image. Sa navette sans chauffeur a été missionnée pour transporter des prises de sang et des dépistages dans une clinique de Jacksonville, en Floride. Une garantie pour les biologistes du labo de travailler sans jamais être en contact avec les patients.

Feu vert. Pourtant, c’est bien un Américain qui sort vainqueur de cette crise : Nuro a reçu l’autorisation officielle de faire circuler son van autonome sur les routes de la Californie. En guise de test, l’entreprise compte réaliser des livraisons gratuites sur un panel de clients de Mountain View dès la fin de la pandémie, avant de déployer son service dans tout l’État. Avec un milliard de dollars de levée de fonds en poche, elle est prête à distribuer colis et courses avec une préférence pour les aliments frais.

Conclusion ? Comme le déclarait le CEO de Neolix, Yu Enyuan, peu avant l’épidémie : « Lorsque les robots-taxis entreront réellement dans notre vie de tous les jours, nous aurons déjà probablement plus d’un million de véhicules de livraison en service. » Si vous vous demandiez quel était le but de l’opération et si elle se limiterait à des livraisons, vous avez votre réponse.

Livraison à domicile navette autonome

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !