Aïe : la mairie de Paris veut taxer les trottinettes et les vélos en libre-service
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Aïe : la mairie de Paris veut taxer les trottinettes et les vélos en libre-service
Hilaire Picault |  22.03.2019
Aïe : la mairie de Paris veut taxer les trottinettes et les vélos en libre-service

Accusées de désordre urbain, les flottes devront s'acquitter d'une redevance. Et devinez qui va régler l'ardoise en fin de compte ?

Selon la mairie, il y a déjà 15 000 véhicules à emprunter à Paris : des scooters, des vélos et des trottinettes électriques appartenant à huit flottes concurrentes. La ville compte même ajouter 40 000 autres montures avant la fin de l’année. Pourtant, elle a décidé de prendre un tournant répressif qui va freiner leur essor. Le premier adjoint de la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire, a annoncé avoir déposé un projet de redevance adressée aux sociétés qui gèrent toutes ces flottes.

Résultat de recherche d'images pour "trottinette paris hidalgo"

50 euros/an par trottinette. La taxe dépendra du volume de machines exploitées. La redevance devrait commencer à 50 euros par an et par appareil pour les trottinettes, 20 euros seulement pour un vélo et 60 pour un scooter électrique (120 pour un thermique).

Évidemment les Vélib’ et leurs bornes ne sont pas concernés et échapperont à cette taxe.

On aurait pu craindre une grogne des loueurs, mais ils ne se plaignent pas. Après tout il existe déjà une redevance pour les voitures en auto-partage (300 euros par an) et ce petit impôt leur assure de ne pas être délogées des trottoirs par la municipalité. Par contre, ce surcoût devra forcément être épongé et il y a fort à parier que le tarif montera si cette taxe est votée au conseil municipal d’avril prochain.

Que taxe-t-on ici ? Selon Emmanuel Grégoire, l’occupation du domaine public par ces micro véhicules dépasserait « les limites du droit d’usage à tous ». À se demander pourquoi la ville a accepté des services en free floating.

Résultat de recherche d'images pour "paris trottinette ou vélo"

En fait, ce qui inquiète le plus, c’est plutôt la conduite dangereuse de certains utilisateurs. Or, comme le rappelle le secrétaire d’État Mounir Mahjoubi, il existe d’autres solutions pour sécuriser et encadrer. Sauf qu’il faudra attendre la loi sur les mobilités – dites LOM, retardée depuis le mouvement des gilets jaunes – pour voter l’obligation de porter un casque et la mise en place de possibles amendes pour les mauvais conducteurs.

Free Floating mairie de Paris Trottinette

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire