Adieu pétrole : la Norvège renonce aux forages dans l'Arctique
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Adieu pétrole : la Norvège renonce aux forages dans l’Arctique
Hilaire Picault |  11.04.2019
Adieu pétrole : la Norvège renonce aux forages dans l'Arctique

Cela aurait pu relancer l’emploi et rapporter 65 milliards de dollars à l’économie norvégienne. Mais les députés ont préféré la planète.

King in the North. Soutien de toujours de l’industrie pétrolière, le Parti travailliste norvégien a retourné sa chemise. Il s’oppose désormais à la levée du moratoire sur l’exploitation des gisements dans l’archipel Lofoten. Une décision royale dictée par une double volonté écologiste : ne plus abîmer la planète en forant dans les mers glaciaires et s’écarter des énergies fossiles. Alors même que c’est le cœur de son économie.

https://www.theglobeandmail.com/resizer/zB0yIes0NKAidXUuwN-XE8w4ug4=/1200x0/filters:quality(80)/arc-anglerfish-tgam-prod-tgam.s3.amazonaws.com/public/JNYDXZAYXBG3ZAOKHQBXX6KXD4

Forage, ton univers impitoyaaable. On le sait peu sous nos latitudes, mais la Norvège est un peu le Texas de l’Europe : super-exportateur, sa production de pétrole occupe le 14e rang mondial. Sauf que ce secteur pollue énormément.

Même si elle rapporte énormément, l’industrie pétrolière produit à elle seule 53% des émissions de CO2 du royaume.

Autre souci, l’activité décline fortement depuis vingt ans, la faute à l’épuisement des gisements. Le volume extrait a baissé d’un quart en dix ans. Alors le gouvernement a ouvert 93 nouvelles zones à prospecter et le syndicat des pétroliers entendait que cela continue. Ce ne sera pas le cas.

Cœur de viking. Une seule vue sur ces photos majestueuses suffiront à vous convaincre de leur choix. L’archipel Lofoten abrite un récif de corail unique au monde où pullule la faune. Selon The Economist, ces gisements auraient pourtant pu générer entre 1 et 3 milliards de barils et rapporter 65 milliards de dollars. Un manque à gagner doublé d’un risque de licenciements, puisque le pétrole donne du travail à 6% de la population active.

Tant pis, le royaume préfère maintenir son cap pour se séparer lentement des énergies fossiles même si le syndicat enrage. En Scandinavie, on sait qu’il ne faut pas écouter les sirènes.

https://s27363.pcdn.co/wp-content/uploads/2018/08/Reinebringen-1-1129x752.jpg.optimal.jpg

Norvège pétrole

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire