Adieu béton : en Inde, on construit des ponts végétaux
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Adieu béton : en Inde, on construit des ponts végétaux
Hilaire Picault |  03/04/2020 14:37
Adieu béton : en Inde, on construit des ponts végétaux

Si vous trouvez qu’on devrait planter plus d’arbres en France, vous allez adorer ces ouvrages en racines et lianes. Sauf qu'il faut 20 ans pour faire un pont...

Confinés sur le toit du monde. Au nord-est de l’Inde se trouve la province de Meghalaya. Près d’1,4 million de personnes y vivent dans des villages éparses nichés sur les hauts plateaux rocheux (Meghalaya signifie « la demeure des nuages »), séparés par des torrents puissants et une jungle luxuriante. Les Indiens Khasi ont donc dû trouver une solution pour surpasser les éléments et garder un lien. Plutôt que d’arracher la végétation à la pelleteuse, comme cela se pratique en Amazonie, ils ont choisi de s’en accommoder en utilisant les arbres pour enjamber les rivières : ils ont construit des ponts vivants.

https://travelelog.com/wp-content/uploads/2018/03/shutterstock_704332168.jpg

Mi-paysagiste, mi-sculpteur. Leur méthode ancestrale consiste à tirer et tresser les lianes des arbres de cette forêt subtropicale et à déplacer leurs racines pour qu’à terme, elles se rejoignent. Le tout sans jamais couper les arbres. On appelle ces ponts végétaux « Jing kieng jri ». Bien sûr, il faut aussi placer des tiges de bambou aux bons endroits, faisant office de tuteurs pour les lianes tentaculaires des luxuriants Ficus elastica. Les Khasis vont aussi planter des arbres aux extrémités des ponts pour en renforcer la structure. Quant aux racines, cette région du monde étant l’une des plus humides sur Terre, elles poussent hors de terre sans soucis.

En Inde, découvrez les surprenants ponts vivants du Meghalaya ...

Cette technique, les Khasis la pratiquent depuis des siècles, se l’enseignant de père en fils. Ou plutôt de mère en fille puisque cette tribu indienne est matriarcale. Les ponts sont entretenus, maintenus, développés et traversés par des centaines de piétons chaque jour sans jamais flancher. Il faut par contre se rendre compte que ce travail de fourmis prend au moins 20 ans pour faire naître un pont ou un escalier – car oui il y a différentes structures dans cet architecture végétale. Par contre, ils ont l’avantage de se renforcer naturellement en vieillissant et peuvent résister aux crues et aux tempêtes. Qu’on se le dise, prendre du temps peut être très payant…

Arbre inde Pont

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !