À Paris, ces scooters à trois roues sont en libre-service
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
À Paris, ces scooters à trois roues sont en libre-service
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  11.05.2018
À Paris, ces scooters à trois roues sont en libre-service

Parisiens, allez plus loin : ces 125 cm³ en libre-service permettent d’emprunter les voies sur berge pour traverser la ville ou s’évader le temps d'un week-end.

Sans attendre et sans clé. Ils s’appellent Troopy mais n’ont rien de commun avec le chien tout mou de Tex Avery. Ces 125 cc conjuguent en effet la réactivité et la vitesse. Géolocalisables depuis l’appli, leur parking (dock ou sous-terrain) sont faciles à trouver à n’importe quelle heure, soir et week-end inclus. Démarrez-les sans clé, depuis votre smartphone, et pour peu que vous ayez 20 ans et un permis B, vous voici libre de filer.

À rajouter à cette disponibilité, la fourniture d’un casque (deux tailles) sous le siège. En chipotant, on râlera sur le fait que les gants (désormais obligatoires en deux-roues) ne sont pas inclus ; ni le second casque pour votre passager. N’empêche, on peut maintenant partir sur un coup de tête, et voir plus loin que le périph’.

No, no limit. À la différence de CityScoot, avec qui ils se partagent le pavé parisien, les Troopy ont des moteurs thermiques. L’avantage, selon Yamaha qui fabrique ces trois-roues : faire plus de bornes sans s’arrêter. « L’autonomie de nos véhicules reste bien supérieure à celle des scooters légers électriques présents sur le marché. » Bien sûr, la possibilité d’emprunter des voies interdites aux petits 50 cc, comme le périphérique, les tunnels et les voies express de la Francilienne (dont certains tronçons empruntent l’autoroute), est un vrai plus.

Une escapade de trois heures hors de Paris revient à 27 euros seulement.

30 centimes la minute et dégressif. Lancé le mois dernier, le service compte une trentaine de montures dans six zones de Paris, proches des gares et grands pôles. Une centaine de scooters sera ajoutée d’ici septembre. Le tarif se veut attractif : pas de coût d’inscription, un tarif dégressif et des forfaits kilométriques. La première heure coûte 18 euros, incluant 20 km de route. L’appli facturera avantageusement en cas de dépassement.

Chez Détours, on apprécie cette ouverture de la mobilité urbaine à l’Île-de-France et le sérieux du service qui veut éviter l’écueil des Vélib‘ : ici, les machines sont contrôlées tous les trois jours par des mécanos et une géolocalisation permet de suivre (et poursuivre) les infractions… La startup s’est fixé l’objectif de 1000 machines d’ici 2020 dans les proches villes d’Europe. Autant dire que Troopy va carto(o)ner.

Ile de france Paris Scooter startup

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire