" layout="nodisplay"> À Paris, les trottinettes en libre-service bientôt flashées comme les voitures ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Mobilité douce / À Paris, les trottinettes en libre-service bientôt flashées comme les voitures ?
À Paris, les trottinettes en libre-service bientôt flashées comme les voitures ?
Antoine Gillet |  25/11/2022 11:09
À Paris, les trottinettes en libre-service bientôt flashées comme les voitures ?

Les trois opérateurs de trottinettes de la capitale (Lime, Tier, Dott) ont proposé ce jeudi 24 novembre à la mairie de Paris d’équiper leur flotte de véhicules de plaques d’immatriculation et de financer une expérimentation de vidéo-verbalisation pour sanctionner les atteintes au code de la route. La fin de la récré est-elle en train d’être sifflée ?

Règlements de comptes. Dans le 75, la relation qui lie la mairie avec les opérateurs de trottinettes est en train de tourner au vinaigre. Depuis quelques mois, des conseillers municipaux de tous bords rêvent de voir disparaître ces véhicules et alertent sans discontinuer l’équipe d’Anne Hidalgo sur les dangers de la pratique.

Face à la grogne politique et populaire, David Belliard, adjoint aux mobilités à la mairie de Paris, a sonné l’alerte sur Twitter et reçu en septembre dernier les acteurs du secteur. À cette occasion, il leur a expressément demandé de formuler des solutions efficaces pour régler ce barnum sous peine de devoir mettre un terme au modèle. Probablement effrayés devant la perte d’un tel contrat, les concernés ont répondu. 

Le jeudi 24 novembre, lors d’une conférence de presse où ils ont affiché leurs engagements, Dott, Lime et Tier ont présenté 11 propositions pour que l’utilisation de leur véhicule soit mieux régulée en centre-ville. 

Les 11 commandements de la street. Avant même que la mairie ne valide les propositions, les trois mousquetaires ont prévu de procéder à des évolutions de leur système dès le lundi 28 novembre. À compter de cette date, le service sera interdit aux mineurs et l’âge des utilisateurs sera vérifié via un contrôle de la carte d’identité. Ce même jour, tous les véhicules seront équipés d’une plaque d’immatriculation pour « rendre les usagers plus responsables ».

Dans ce nouveau plan, on retrouve également l’exclusion des utilisateurs qui ne respectent pas le code de la route, le test d’un système de détection des trottoirs afin d’empêcher les véhicules d’y circuler, le financement d’une expérimentation de vidéo-verbalisation rendue possible par l’immatriculation de la flotte et une évolution tarifaire favorable aux trajets de longues durées. 

Conscients de la nécessité d’un changement des habitudes, les trois opérateurs proposent de lancer une campagne de prévention enseignant le bon usage de leurs trottinettes et de créer un observatoire de la micro-mobilité. Disposés à mettre la main au portefeuille pour conserver le marché, ils indiquent accepter une augmentation de leur redevance pour participer au financement d’infrastructures adaptées aux solutions de micro-mobilité.

Que sera, sera. Maintenant que les opérateurs ont formulé leurs propositions, la décision est entre les mains d’Anne Hidalgo. Si elle décide de mettre fin aux contrats et de ne pas le renouveler, les trottinettes disparaîtront de la capitale en mars 2023. Ainsi, pour patiner sur les pistes cyclables de Paris, il ne vous restera plus comme solution que d’acheter votre propre engin. Une aberration écologique, diront certains. 

Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !